Les noms gravés sur les monuments aux morts, héroïques victimes des territoires de la République ?

Les noms gravés sur les monuments aux morts,
héroïques victimes des territoires de la République ?

 

Franck DAVID
Professeur agrégé
Ministère de l’Éducation nationale – Académie de Toulouse

 

David F., 2016, Articles JG13 (.pdf)

Résumé de la communication :

Les monuments aux morts perpétuent la mémoire d’individus dans un culte dont la République s’est emparée. Repères géographiques de la mémoire collective, ils constituent des « marqueurs » à l’échelle des communes et servent de relai à une mémoire officielle orchestrée par l’État. Dépositaires de la force symbolique des valeurs républicaines, dont ils sont devenus les référents obligés, ils balisent le territoire. Sacrés mais laïques, ils ont introduit dans l’espace public une pratique jusque-là inédite : l’hommage public et pérenne des habitants comme des institutions à chacun des disparus. Il s’agit donc de s’intéresser à la manière dont les noms gravés sur les monuments aux morts ont suscité un culte laïque au point de fonder des lieux de la mémoire dans les territoires de la République.

Mots-clés : héros ; lieu de mémoire ; monuments aux morts ; territoire ; victimes

DAVID Franck, 2016, « Les noms gravés sur les monuments aux morts, héroïques victimes des territoires de la République ? », Colloque Doc’Géo – JG13 « Héros, mythes et espaces. Quelle place du héros dans la construction des territoires ? », 15 octobre 2015, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, pp. 35-46.

 

Introduction

Le dernier « Poilu » s’est éteint en 2008 et avec lui disparaît l’homme ; par-delà subsiste le mythe. En dehors des spécialistes du sujet, la Grande Guerre reste la grande boucherie mise en images par Tardi. En un siècle, le fantassin des tranchées est passé du statut de héros – vainqueur de 1918 – à celui de victime d’une guerre d’un autre âge. Les monuments aux morts perpétuent au fil des paysages la mémoire de tous ces anonymes, dans un culte dont la République s’est emparée. Repères géographiques de la mémoire collective (Halbwachs, 1950), ils constituent de fait des « marqueurs » (Veschambre, 2008) à l’échelle des communes et servent de relai à une mémoire officielle orchestrée par l’État. Dépositaires de la force symbolique des valeurs républicaines, dont ils sont devenus les référents obligés, ils balisent le territoire et ne peuvent échapper au géographe. Sacrés mais laïques, ils ont introduit dans l’espace public une nouvelle pratique : l’hommage public et pérenne des habitants et des institutions à chacun de leurs disparus, dont les noms seuls donnent sens à leurs yeux au monument.

Comment à travers ces listes de noms les monuments aux morts ont-ils forgé la symbolique du lieu de mémoire référent de la République ?

Les outils et la démarche du géographe permettent d’examiner comment un marqueur mémoriel, un lieu de mémoire, s’est forgé dans la célébration des noms, destins tragiques distingués par leurs contemporains pour les ériger en figures héroïques. L’attention s’est ainsi portée sur un corpus d’une centaine de monuments, aussi bien dans les territoires de l’arrière que dans ceux de la ligne de front, observés in situ dans leur structure, leur localisation, leurs usages et les représentations qu’ils véhiculent. La veille documentaire et l’inventaire entrepris par l’université de Lille en partenariat avec la Mission du Centenaire permettent en outre de disposer d’un très large éventail de monuments référencés avec un protocole précis[1].

Partant du principe que les territoires se fabriquent une mémoire (Piveteau, 1995), parfois en lien avec une identification voire une identité (Di Méo, 2002, 2007), il convient de réfléchir d’abord sur les acteurs de la construction mémorielle du héros de la Grande Guerre. Ensuite, la figure grecque du destin héroïque invite à se livrer à une lecture de la tragédie endurée par les morts de la Grande Guerre sous l’angle du parcours et de la trajectoire, comme expérience spatiale de la rupture et de la discontinuité des territoires. Enfin, le géographe peut essayer de lire la dimension symbolique des lieux de mémoire comme introduction d’une nouvelle forme de sacralité autour de ces noms honorés dans les territoires de la République.

 

1. Les morts et les vivants : les acteurs de l’héroïsation

1.1. Le « Poilu », individu anonyme héroïsé par la mort tragique

Monument aux morts de Porspoder (Finistère), simple plaque fixée au mur du cimetière Source : David F., 2012

Monument aux morts de Porspoder (Finistère), simple plaque fixée au mur du cimetière
Source : David F., 2012

Les monuments construits dans l’après-guerre ont pour fonction première de servir de supports  aux  noms  des  morts de 14-18  et  comportent  a  minima cette liste[2]. S’ajoutent parfois des éléments de personnalisation : prénom, âge, date ou lieu de la mort et même une photographie émaillée. Un tel dispositif, pour conserver le souvenir de 1 500 000 hommes, s’inscrit dans le long processus d’individuation, qui voit triompher la reconnaissance de chaque être, unique et singulier, comme composante élémentaire des groupes sociaux. Les héros ne sont plus seulement les grands hommes –  généraux ou souverains – ni des unités auréolées de gloire, mais tous les morts de la guerre. Après le suffrage universel masculin de 1848, la reconnaissance du principe des sépultures individuelles pour les soldats[3], la République consacre la figure du soldat inconnu en 1921. Elle établit ainsi définitivement le culte de ses citoyens-soldats morts au combat – fantassins anonymes – comme véritables héros de la Grande Guerre[4]. Indépendamment de la question des mérites individuels, le « Poilu » – l’artisan de la victoire de 1918 – inaugure une mutation de la figure héroïque au sens où elle fait de chaque individu un héros potentiel si sa mort est parée d’héroïsme. La croix de guerre, alors qu’elle n’a été décernée qu’à une minorité de soldats, orne la plupart des monuments aux morts. Dans les départements ayant subi les combats, les victimes civiles figurent sur le monument communal à la suite des soldats. La Seconde Guerre mondiale conforte cette tendance. Les monuments aux morts continuent d’intégrer les noms des soldats mais l’inscription individuelle et publique des morts jugées dignes d’exemplarité se pérennise, y compris pour ceux qui sont tombés sans uniforme, victimes innocentes de massacres et même de la mort de masse. Des stèles de la Résistance jalonnent les murs de Paris, comme elles balisent l’ensemble du territoire des hauts-faits des maquisards ; les listes du mémorial de la Shoah entretiennent le souvenir d’un drame certes collectif mais enduré d’abord à l’échelle individuelle. La figure du héros-martyr s’applique désormais à des individus lambda et non plus aux seuls destins d’exception. L’hommage collectif érige quiconque en héros dès que la cause de sa mort est présentée comme un danger pour la société ; danger contre lequel il faut une mobilisation collective comme en août 1914 ou en septembre 1939. Derrière le « je suis Charlie » de janvier 2015, les médias se sont efforcés de citer tous les noms des victimes de l’attentat, connues et anonymes. Plus récemment encore les victimes des attentats du 13 novembre sont honorées individuellement dans l’hommage national des Invalides. Elles ont acquis un statut de héros au nom du refus de l’intolérance et du fanatisme, parce que victimes innocentes d’une attaque visant Paris et la France. La cause n’est plus la défense du territoire ou la lutte contre un ennemi mais le vivre ensemble et la cohésion sociale. L’hommage public de noms gravés sur les monuments aux morts a institué une pratique qui dépasse très largement les seuls « morts pour la France ». Et il ne serait pas surprenant que les 130 noms des victimes de novembre 2015 figurent à terme sur un monument ou une stèle.

Artefact autant que lieu, le monument aux morts consacre le triomphe d’individus, dont la mort est sublimée par une cause collective ; ils sont alors distingués aussi bien comme figures héroïques que comme victimes. Commanditaires et également destinataires de l’hommage, les collectifs de survivants qui entretiennent leur souvenir dessinent les cercles de l’identité de la figure du héros.

1.2. Le collectif, la construction du héros par le regard de l’autre

Le héros existe ainsi d’abord par la reconnaissance et le regard de l’autre, qui lui attribue des valeurs. Les monuments de la Grande Guerre ont formalisé le processus d’une « mémorialisation » individuelle de victimes héroïsées par une mort tragique ; ils tracent aussi les contours des groupes sociaux qui entretiennent le souvenir des disparus. Traditionnellement le deuil se vivait en famille et dans la sphère privée. L’hommage public à vocation édifiante – sinon pédagogique – se généralise après 1918 et déploie une mémoire sociale portée comme ferment de cohésion.

Le caractère officiel de l’hommage est porté en premier lieu par les municipalités (villages, quartiers). L’initiative du projet monumental pour mettre en exergue le nom des disparus leur revient, manifestant ainsi la primauté de l’identité communale du héros de la Grande Guerre. Les listes de patronymes, familiers aux habitants, étaient énumérées chaque 11 novembre, conférant au territoire une mémoire partagée et consensuelle. À l’instar de la cité grecque, la commune de la République trouve dans ces « poilus » les caractéristiques des héros parés des vertus civiques du citoyen-soldat ; le territoire de la notoriété est d’abord celui de l’espace-vécu[5]. Les départements, à leur tour, se sont efforcés de suivre l’élan mobilisateur du culte des morts de la Grande Guerre. L’institution départementale en quête de reconnaissance s’est investie à des degrés divers en s’efforçant de choisir des projets monumentaux démonstratifs, éventuellement concurrents vis-à-vis de celui de la commune-préfecture. À Toulouse, le monument aux morts de la Haute-Garonne, situé dans le centre-ville aux allées Verdier, a ainsi supplanté dans les usages et les esprits le monument municipal du cimetière Salonique.

Les associations d’anciens combattants[6] se sont elles aussi engagées dans le processus mémoriel. Constituées sur les bases juridiques de la loi de 1901, elles sont souvent entrées en concurrence voire en conflit avec les municipalités dont elles contestaient la légitimité. Elles se sont d’ailleurs souvent opposées à l’excessive héroïsation de la figure du « Poilu » par les instances officielles, opposant leur expérience de victimes[7]. De leur point de vue, le conflit a broyé des hommes bien plus qu’il n’a généré des héros. La concurrence mémorielle apparaît comme un conflit d’usage autour du monument aux morts communal. Concomitamment, à l’échelle des paroisses, des stèles ont été érigées dans les églises. Parfois même des « cloches du souvenir » ont été fondues pour l’occasion avec les noms des disparus gravés sur le bronze. Les plaies de la loi de 1905[8] ne sont pas totalement cicatrisées et l’Église dispute elle aussi la pratique du culte des héros de la Grande Guerre. L’École, en tant qu’institution majeure de la IIIe République, a aussi édifié des monuments à ses professeurs et anciens élèves. Hôpitaux, compagnies de chemin de fer, grandes entreprises ont honoré de la même manière leurs héros dans une reconnaissance de l’identité professionnelle.

Ces multiples assises du culte du héros révèlent les échelles et les cercles des sociabilités de l’époque, dans une logique de mémoire collective pensée comme référent culturel commun.

1.3. À ses héros la Nation reconnaissante

Toutes les nations belligérantes ont valorisé le culte des morts de la Première Guerre mondiale. À l’occasion des cérémonies officielles organisées dans le cadre Centenaire de la Grande Guerre ou des 70 ans de la victoire sur le nazisme, on observe que la France, le Royaume-Uni ou encore l’Australie continuent de pratiquer assidûment le culte des héros comme ferment de l’unité et du civisme. La République a d’ailleurs imposé l’inscription des soldats morts en opérations extérieures (Opex) sur les monuments communaux[9]. L’hommage monumental, avec les noms des disparus, s’est imposé comme référent culturel d’une nation constituée. Dans le cas de la France, le calendrier mémoriel y recourt largement et les cérémonies se déroulent pour la plupart devant les monuments aux morts, y compris pour le 18 juin ou le 14 juillet. De Gaulle rejoint les sans-culotte autour des morts de 14-18 dans l’imaginaire collectif, l’amalgame contribuant sans doute à une représentation abstraite de la figure du héros conçue par la République. Associé parfois à une représentation figurée (Marianne ou Victoire ailée), entouré du décorum et de la solennité des corps constitués au garde-à-vous le temps d’une minute de silence et d’un hymne national, le monument incarne à lui seul dans un processus de réification les héros atemporels de la République française. À l’échelle de toutes les communes de France, comme le Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe pour le pays tout entier, le monument aux morts est devenu le pôle mémoriel des valeurs héroïques de la République, le Panthéon étant réservé aux destins d’exception. L’ensemble des noms des morts de la Grande Guerre devait d’ailleurs y être déposé à travers les livres d’or de chacune des communes, mais le projet n’a pas été mené à terme. Désormais oubliés, les noms des monuments aux morts continuent néanmoins de faire l’objet d’un véritable culte laïque jusqu’à incarner collectivement la République, qui a forgé autour de ces individus le mythe de la nation unie derrière ses valeurs (l’Union sacrée). « Produire de l’identité collective revient souvent à fabriquer un mythe mobilisateur renforçant l’image (fausse ?) du groupe territorialisé en tant que totalité unifiée […] l’espace territorialisé revêt l’apparence, l’exemplarité d’une réalité que l’on veut concrète, pleine et tangible » (Di Méo, 2002, p. 178). République laïque, elle a trouvé autour de ces héros la dimension sacrée que, depuis 1789, aucune figure ni aucun lieu n’étaient parvenus à incarner.

L’État est ainsi un acteur mémoriel de premier plan. Autour des noms des héros sacrifiés susceptibles de rassembler autour des idéaux républicains le monument aux morts s’est imposé, marquant de son empreinte les territoires de la République.

 

2. « L’expérience spatiale » dans la construction du héros de la Grande Guerre

La figure du « Poilu » s’est d’abord construite dans un rapport au territoire conditionné par la conscription. Les soldats des armées royales ou impériales étaient des engagés choisissant, dans une certaine mesure, le métier des armes. Les volontaires levés en masse pour défendre la Révolution sur les frontières (Valmy en 1792) ou combattre l’invasion prussienne sur la Loire (1870) avaient préparé à leur manière la mobilisation générale d’août 1914. Ils ont d’ailleurs laissé quelques monuments à l’échelle d’un département ou d’un arrondissement. Mais la mobilisation de huit millions d’hommes entre 1914 et 1918 pose avec acuité la question de l’expérience spatiale du héros-soldat dont les disparus vont devenir les parangons.

2.1. L’arrachement à la « petite patrie » pour défendre la grande patrie

Pour l’« homme-habitant »[10] de 1914, la déclaration de guerre sonne comme un départ vers l’inconnu. Le service militaire avait certes arraché une première fois le paysan-soldat à sa terre, mais pour une période déterminée. Lors de la mobilisation générale, le mythe entretenu d’un retour pour les vendanges traduit le sentiment d’arrachement vécu par les populations vis-à-vis d’un terroir soumis au rythme des travaux agricoles. Dans un pays encore largement rural, même les soldats issus du monde des villes subissent leur incorporation comme un déracinement brutal et contraint. Les témoignages des contemporains[11], débarrassés désormais du mythe de l’enthousiasme belliqueux, font état de conscrits en larmes dans les casernements avant le rappel ferme des officiers pour faire bonne figure devant la foule des proches, eux-mêmes accablés, qui les accompagne en haie d’honneur sur le chemin de la gare. La mobilisation de ceux que les journaux de l’époque présentent comme les héros qui vont défendre la patrie et les frontières articule ainsi les deux échelles territoriales de la IIIe République : d’une part la commune, le quartier et d’une certaine manière la paroisse, qui constituent le bassin de vie le plus partagé, c’est-à-dire l’espace-vécu ; d’autre part le pays tout entier, le territoire national, qui suscite une adhésion sans faille. Malgré les inquiétudes de certains, la mobilisation générale ne donne lieu à aucune résistance, révolte ni désertions en nombre. La figure du soldat-héros de la Grande Guerre se forge donc dans l’arrachement des mobilisés à un territoire intimement façonné et approprié et un départ vers l’inconnu, ou du moins vers des frontières virtuellement connues par les repères acquis à l’École de la République.

Ce déplacement contraint concerne au total un cinquième de la population métropolitaine, extraite de ses territoires de vie et ballottée entre les fronts et l’arrière au gré des opérations militaires.

2.2. La mobilité forcée – l’errance

Contrairement à l’idée d’une guerre de position, qui sous-entendrait une immobilité imposée par l’équilibre des forces, le soldat est soumis à de multiples mobilités, dictées aussi bien par le hasard des événements que par les choix stratégiques. Du point de vue du fantassin, les ordres de mouvement constituent les injonctions d’une hiérarchie invisible. Monter en première ligne, tenir une position, lancer un assaut, attendre la relève et se retirer au cantonnement sont des déplacements pour le moins imprévisibles. Jouir d’une permission, aller à la capitale et la découvrir pour l’occasion, ou éventuellement rentrer jusqu’au foyer familial, sont des moments attendus, mais qui échappent à la volonté du soldat. Le brassage et la reconstitution des unités décimées imposent de surcroît de nouvelles affectations. Les régiments formés initialement par région d’origine ont été mélangés après les offensives meurtrières d’août-septembre 1914, afin d’éviter que certains territoires soient particulièrement endeuillés. Les hasards des assauts menés sur des terrains dévastés, débarrassés des repères traditionnels (végétation, constructions), où seul le relief constitue une géographie, achèvent de placer le soldat en terrain inconnu avec l’idée que son destin lui échappe totalement. Nouvel Ulysse, il est soumis aux aléas de forces qui le dépassent, qui le subjuguent, pris dans une odyssée dictée par des querelles d’États-majors qui, de son point de vue, semblent quasi célestes. Blessé dans ce no man’s land de trous d’obus en réseaux de barbelés, il est transporté derrière les bâches d’un poste de secours vers un hôpital, puis un centre de convalescence dont il ne verra que les jardins. Héros malgré lui, il parcourt autant de lieux inconnus qui construisent le territoire discontinu, fragmenté et abstrait de son épopée individuelle. Il suit donc une sorte de voyage initiatique semé d’épreuves, sa quête étant non pas individuelle mais collective, la victoire.

Ainsi, le soldat de la Grande Guerre construit-il son identité de héros par l’errance spatiale dans les territoires de la guerre, qui sont aussi bien ceux du front que de l’arrière. Héros homérien, nouvel Énée ou chevalier picaresque, il n’échappe pas à la puissance tutélaire qui le déplace au gré des hasards de la guerre ou lorsque celle-ci s’achève tout à fait par sa démobilisation ; ou par la mort qui dessine une tragédie spatiale.

2.3. Les limbes de la mort

Si la mort met un terme funeste à l’errance du soldat, elle n’en constitue pas moins pour les familles une épreuve supplémentaire en terme d’expérience spatiale. Elle interrompt brutalement et tragiquement l’épopée du mobilisé, qui se trouve ainsi définitivement coupé de son territoire d’origine. D’abord la correspondance[12], seul lien régulier avec les proches, s’interrompt. Ensuite, l’annonce du décès mentionne des lieux inconnus : des toponymes correspondant à des positions (cote 304, Berry-au-Bac), des villages où les blessés étaient rassemblés avant leur évacuation, des villes où les hôpitaux ont accueilli les moribonds… Autant de lieux abstraits pour les familles. Seuls peut-être les départements de la ligne de front, du Jura au Pas-de-Calais, constituaient des repères maîtrisés. Quant au lieu de l’inhumation, il brise encore le fil d’une trajectoire du deuil, car il est dissocié de celui de la mort. Identifiée, la dépouille repose dans un des nombreux cimetières militaires transformés par la suite en nécropoles nationales. Toutes les familles endeuillées ne peuvent se résoudre à entreprendre un voyage, parfois long et pénible, pour se recueillir sur la tombe. 81 000 morts pour l’Afrique du Nord, 30 000 pour le Finistère… Combien ont pu faire le déplacement jusqu’aux cimetières de la Marne ou du Pas-de-Calais ? Sans compter que pour près de la moitié des morts, environ 750 000, soit l’identification n’a pas été possible, soit toute trace du corps a disparu, pulvérisé ou englouti dans les entrailles du champ de bataille. Le deuil n’a alors pas même un lieu pour incarner le souvenir du disparu. Dans les limbes de la mort, les monuments érigés après-guerre pour conserver les noms des disparus sont une réponse à une telle dissociation des lieux entre le décès lui-même, l’inhumation éventuelle et le souvenir. Ils sont les lieux où l’on se souvient, à défaut de lieux dont on se souvient.

La geste du héros de 14-18 se construit donc dans une expérience spatiale que l’on pourrait qualifier de déterritorialisation (Fournier, 2007), entre un déracinement contraint du mobilisé, une errance subie dans les territoires de la guerre et une mort qui brouille les cartes du deuil. Les monuments aux morts, en inscrivant le nom des disparus pour que survive leur souvenir, tentent une re-territorialisation de la mémoire des héros-soldats.

 

3. L’espace sacralisé par la figure du héros

La figure du héros, et le culte dont elle fait l’objet, dotent ainsi les territoires d’une composante mémorielle supplémentaire (Piveteau, 1995). Les lieux publics de la mémoire des héros acquièrent une dimension symbolique et inscrivent dans les territoires laïques de la République une nouvelle forme de sacré.

3.1. Des paysages consacrés par le souvenir

Biarritz, les noms sont gravés côté océan Source : Collection particulière, carte postale, années 60

Biarritz, les noms sont gravés côté océan
Source : Collection particulière, carte postale, années 60

L’implantation des monuments aux morts, pas plus que leur déplacement éventuel, ne sont le fruit du hasard. Non seulement le monument érigé pour porter le nom des morts fait lieu, mais il irradie son environnement de la mémoire des héros. Le choix des perspectives ou des arrière-plans conditionnés par son orientation définissent un paysage référent, celui que les acteurs du territoire désignent comme suffisamment emblématique pour constituer l’écrin du pôle mémoriel. À ce titre il peut être assimilé à un géosymbole (Bonnemaison, 2000) ou à un haut-lieu (Gentelle, 1995). Biarritz a son monument face au rocher de la Vierge, celui de Saint-Nazaire a planté ses colonnes comme une porte ouverte sur l’océan (c’est par ce port que les Américains sont arrivés en 1917), Nice l’a niché dans sa falaise adossée au port, etc. Les exemples sont nombreux. Partout où les contraintes de l’urbanisme permettaient une relative liberté, le monument a adopté une localisation et un point de vue qui, aujourd’hui encore, conservent une force symbolique. Ce n’est pas tant le monument qui importe que le regard qu’il permet de porter sur le paysage. À Chamonix comme à Laruns dans la vallée d’Ossau le monument sert la mise en scène de la montagne la plus emblématique qui soit, le Mont-Blanc d’un côté et le Pic du Midi de l’autre. Regarder à travers le monument aux morts permet d’appréhender le paysage auquel les hommes de l’époque se sont explicitement référés pour désigner l’emplacement du culte des héros du lieu. De ce point de vue la place du monument dédié au nom des morts est signifiante dans le rapport des hommes à leur paysage.

 

3.2. Des territoires sacrés par la mémoire

Car c’est bien d’un nouveau culte dont il s’agit : « le culte des morts, et non celui de la République »[13]. Pour une République en quête de force symbolique voire de transcendance après la loi de 1905, le culte de ces nouveaux héros républicains incarnant avec l’armée de conscription les valeurs civiques du régime arrive à point nommé. La cohésion sociale avait été mise à mal lors de l’application de la loi sur la laïcité, notamment la laïcisation de l’espace public ; la société est ébranlée après le traumatisme de la guerre. La canonisation de Jeanne d’Arc en 1920 poursuivait ce but. Mais avec le culte républicain du Soldat inconnu (1921), puis l’instauration de la date anniversaire de l’Armistice comme commémoration officielle (1922), l’Arc de Triomphe devient le pôle mémoriel de la République. À l’échelle des territoires, les monuments aux morts remplissent la même fonction. Au bénéfice d’une sécularisation de l’espace public s’est opéré un transfert du religieux vers le profane, autour des noms des « morts pour la France » jusqu’à l’inhumation anonyme située dans la perspective symbolique des Champs-Élysées.

Le lieu lui-même devient figure héroïque. Dans l’espace public il demeure visible par tous les habitants à toute occasion. Il est toutefois soustrait à l’espace public par une clôture, physique ou symbolique, délimitant un espace sacré inviolable, sauf pour des usages mémoriels extrêmement codifiés. On peut lire les noms à distance, mais rarement les toucher. Les acteurs de cette sacralisation sont bien sûr l’État et ses représentants à l’échelle des communes : élus, militaires, pompiers, agents de la sécurité civile, ou écoliers, qui garantissent la perpétuation des valeurs civiques des héros. Les associations d’anciens combattants cautionnent la mémoire des héros en s’arrogeant parfois l’exclusivité de l’héritage.

Les usages d’un espace public marqué du sceau sacré de la mémoire subissent des contraintes en terme d’aménagements comme de pratiques spatiales. Tout ce qui est jugé outrageant est stigmatisé, souvent par les associations d’anciens combattants. Conteneurs de collecte des déchets, toilettes, affichages ou rassemblements bruyants de jeunes gens sont considérés comme « indignes » du lieu et sans cesse dénoncés. La presse locale ne manque pas d’exemple de litiges relatifs à ces conflits d’usage. Le monument aux morts tend à figer l’espace alentour au point de recourir parfois à son déplacement pour ne pas compromettre des aménagements dictés par les impératifs de l’urbanisme.

Les héros de 14-18 ont ainsi construit une mémoire et une rhétorique des hauts-lieux exprimant symboliquement au travers de leurs représentations et de leurs usages un système de valeurs collectives et une idéologie (Debarbieux, 1995, 2003).

3.3. L’avènement des territoires d’une mémoire-monde

Le XXe siècle a très largement marqué les territoires de repères mémoriels chargés d’entretenir le souvenir des drames du passé. L’horreur des violences de masse combinée au principe de l’individuation ont rendu indispensable – du moins dans les civilisations occidentales – le recours à l’inventaire des victimes héroïsées par les souffrances endurées. Stèles aux héros de la Résistance, monuments aux civils massacrés, pavés du souvenir[14] ou mémoriaux des grandes villes mondiales (Chevalier, 2012) ponctuent l’espace de références mémorielles. Les monuments aux morts trouvent des prolongements dans la mise en scène de la mémoire par les territoires et les acteurs en charge de leur gestion. La mémoire devient patrimoine et l’édifice monumental un marqueur quasi obligé comme gage de légitimité historique et culturelle (Veschambre, 2008). Les cimetières militaires eux-mêmes sont convoqués aujourd’hui par le tourisme de mémoire. S’ajoutent les lieux-martyrs comme Oradour-sur-Glane, le Chemin des Dames ou plus récemment l’anneau de la mémoire inauguré par le président de la République au mémorial Notre-Dame de Lorette dans le Pas-de-Calais avec 580 000 noms de toutes les nations belligérantes. Les territoires sont façonnés par les mémoires douloureuses, parfois invasives, comme autant d’injonctions à ne pas oublier le destin tragique des héros modernes, les victimes de la modernité. Le mémorial du 11 septembre 2001, ouvert à New York en 2011, est lui-même un hommage aux victimes des attentats et aux héros ensevelis en leur portant secours. Les noms sont inscrits dans le métal et les visiteurs invités à les toucher du doigt. Ces « lieux pour mémoire » (Lazzarotti, 2012) témoignent de nouvelles formes de mise en scène de la figure du héros.

Le culte des héros de la Grande Guerre a réintroduit une forme de transcendance dans l’identité des territoires avec d’autant plus de force que l’espace public se sécularisait. La mémoire des victimes de drames fait aujourd’hui partie intégrante de l’appropriation des territoires.

 

Conclusion

Héros, les « Poilus » de la Grande Guerre le sont devenus à mesure que l’hommage monumental s’est généralisé dans tous les territoires de la République. Mythes, ils ont fini par incarner la République et ses valeurs célébrées dans un calendrier commémoratif toujours plus dense. Espace, leurs noms ont dessiné une trame de lieux de la mémoire qui s’ouvre aujourd’hui à toutes les tragédies. La commune vendéenne de la Faute-sur-Mer endeuillée par la tempête Xynthia de février 2010 a aménagé un lieu de mémoire, avec le nom et l’âge des 29 victimes, anonymes de leur vivant, mais désormais publiquement honorées. Un totem marque le niveau atteint par l’eau. La « mise en mémoire » publique survient ainsi de plus en plus souvent après des drames contre lesquels la société doit rester en alerte. En un site jugé suffisamment emblématique, le choix de l’implantation mobilise autant de soin que pour les monuments aux morts. Une plaque, une stèle, voire un monument viennent rappeler le nom des disparus, la date et les circonstances de leur mort. Les victimes de catastrophes, d’accidents climatiques ou industriels sont ainsi régulièrement mises en exergue, héroïsées pour maintenir en éveil la vigilance et prévenir de nouveaux risques. La figure du héros croise et balise les territoires de la mémoire, ces « espaces braudeliens construits sur la géographie du début du XXe siècle […] remplacés par des lieux et des territoires ayant profité́ des travaux, sur la mémoire, initiés par les historiens. » (Verdier, 2009).

Monument aux morts de la Faute-sur-Mer aux victimes de la tempête Xynthia Source : David F., 2015

Monument aux morts de la Faute-sur-Mer aux victimes de la tempête Xynthia
Source : David F., 2015

Lors des obsèques des quatre membres de la famille Bounaceur, un hommage leur a été rendu en ces termes : « Ils sont les héros de la vie, des héros pour avoir lutté contre les flots » (Ouest-France, 12 mars 2010).

Bibliographie

BONNEMAISON J., 2000, La géographie culturelle, Cours de l’Université Paris IV-Sorbonne, 1994-1997, Paris, CTHS, 152 p.
BETHEMONT J., COMMERÇON N., 1993, « Introduction à l’œuvre de Maurice Le Lannou », Revue de géographie de Lyon, vol. 68, no4, pp. 209-211.
CHEVALIER D., 2012, Musées et musées-mémoriaux urbains consacrés à la Shoah : mémoires douloureuses et ancrages géographiques. Les cas de Berlin, Budapest, Jérusalem, Los Angeles, Montréal, New York, Paris, Washington, Paris, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, HDR en géographie, 257 p.
DAVID F., 2014, « Le monument aux morts, un patrimoine à (re)découvrir », Espaces – Tourisme et loisirs, no321, pp. 4-11.
DAVID F., 2015, « Mémoire de la Grande Guerre et monuments aux morts, quelles opportunités pour les collectivités territoriales ? », Actes du colloque « Le tourisme de mémoire, un atout pour les collectivités territoriales ? », IADT – GRALE, Clermont-Ferrand, à paraître.
DEBARBIEUX B., 1995, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographique, no2, pp. 97-100.
DEBARBIEUX B., 2003, « Haut-lieu », in LÉVY J., LUSSAULT M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 448-449.
DI MÉO G., 2002, « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », Géocarrefour, Vol. 77/2, pp. 175-184.
DI MÉO G., 2007, « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : Connaître pour valoriser », 12-14 septembre 2007, Poitiers-Châtellerault, Geste éd., pp. 87-109.
FOURNIER J.-M.., 2007, « Géographie sociale et territoire, de la confusion sémantique à l’utilité sociale », in ESO Travaux et Documents, Espaces et SOciétés, UMR 6590, pp. 29-35.
FRÉMOND A., 1974, « Recherches sur l’espace vécu », LEspace géographique, tome 3, no3, pp. 231-238.
GENTELLE P., 1995, « Haut lieu », L’Espace géographique, no2, pp. 135-138.
HALBWACHS M., 1950, La mémoire collective, Paris, PUF, 204 p.
LAZZAROTTI O., 2012, Des lieux pour mémoires, Paris, Armand Colin, 214 p.
PÉRÈS H., 1989, « Identité communale, République et communalisation. À propos des monuments aux morts des villages », Revue française de science politique, no5, pp. 665-682.
PIVETEAU J.-L., 1995, « Le territoire est-il un lieu de mémoire ? », L’Espace géographique, tome 24 no2, pp. 113-123.
SGARD A., 2008, « Mémoires, lieux et territoires », in DODIER R., ROUYER A., SÉCHET R. (dir.), Territoires en action et dans l’action, Rennes, PUR, pp. 105-118.
VESCHAMBRE V., 2008, Traces et mémoires urbaines, Rennes, PUR, 316 p.
VERDIER N., 2009, « La mémoire des lieux : entre espaces de l’histoire et territoires de la géographie », in TAKACS A., Mémoire, Contre mémoire, Pratique historique, Budapest, Equinter, pp. 103-122.

 

[1] Consulté pour l’élaboration de ce protocole d’observation, nous avons aussi fourni une bibliographie pour le site : http://monumentsmorts.univ-lille3.fr
[2] À l’exception des villes où les listes sont déposées sous forme de livre d’or à l’intérieur d’un monument (Perpignan).
Certaines font le choix, à l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre, de graver les noms (Montpellier en 2014).
[3] Loi du 29 décembre 1915.
[4] La démocratie athénienne du Ve siècle av. J.-C. fut la première à honorer ses citoyens-soldats tués au combat. Voir « marbre Nointel » (musée du Louvre) avec les 175 noms des membres de la tribu d’Erechtis morts au cours de la campagne de 460-459 av. J.-C.
[5] Armand Frémont définit la région comme une nouvelle échelle dans la réalité vécue, ressentie, chargée de valeurs par les hommes. La même notion appliquée aux territoires de l’entre-deux-guerres définirait essentiellement la commune comme espace vécu (Frémont, 1974).
[6] Étudiées par l’historien Antoine Prost.
[7] Entretien avec N. Offenstadt dans le film de J. Chavance et M. Mora, Rendez-vous au monument aux morts, CNRS Images, 2014.
[8] Loi de séparation des Églises et de l’État.
[9] Loi du 28 février 2012.
[10] Référence empruntée à Maurice Le Lannou pour qui l’homme du premier XXe siècle, avant le temps des aménageurs, des grands projets et d’une urbanisation qui déracine, est lié à un territoire dont il se sent à la fois héritier et responsable ; Bethemont J., Commerçon N., 1993, « Introduction à l’œuvre de Maurice Le Lannou », Revue de géographie de Lyon, vol.68, no4, pp. 209-211.
[11] Voir les travaux de Rémy Cazals, notamment 500 témoins de la Grande Guerre, EDHISTO, 2014.
[12] En moyenne une lettre par soldat et par jour ; Trevisan C., 2003, « Lettres de guerre », Revue d’histoire littéraire de la France, no2, Vol. 103, pp. 331-341.
[13] A. Prost, « La Grande Guerre d’un siècle à l’autre », conférence prononcée le 18 mars 2015 à Toulouse.
[14] Les Stolpersteine « pierres sur lesquelles on trébuche » de l’artiste Gunter Demnig rappellent le souvenir des personnes persécutées par le nazisme. Près de 50 000 pavés ont été scellés à ce jour devant leur dernier domicile d’abord en Allemagne puis dans seize autres pays européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *