Atelier 1 – Figurations héroïques et enjeux mémoriels du territoire

Introduction

 

Pierre-Louis BALLOT
Doctorant en Géographie
UMR 5194 Pacte, Université Grenoble Alpes
pierrelouis.ballot@hotmail.fr

 

Ballot P.-L., 2016, Atelier 1 Introduction JG13 (.pdf)

L’Histoire regorge de nombreux personnages, qui, au fil des siècles, se sont démarqués du reste des individus par leur grandeur d’âme ou l’accomplissement d’actes de bravoure. Plusieurs d’entre eux auraient suivi un parcours de vie spécifique et détiendraient en eux une forme d’universalité, qui leurs permettraient de prétendre au statut envié de héros.

Les quatre textes de cet atelier font référence à ce processus. Ils permettent aussi de mettre en évidence les enjeux mémoriels qui se développent autour de figures illustres. Leurs auteur(e)s cherchent à montrer en quoi des femmes et des hommes sont érigés en héros au cours de l’Histoire.

Trois  textes  traitent  de  cette  double  construction  autour  de  personnages  singuliers. Ange-Toussaint Pietrera proposera de comparer les itinéraires d’héroïsation de deux figures corses, Sampiero Corso, chef d’armée, et Pascal Paoli, homme politique et amiral. Alexandra Laliberté de Gagné se penchera sur les traces du prince valaque Michel le Brave, laissées dans les chroniques grecques. Thi Hong Ha Hoang suivra le parcours guerrier du général vietnamien Trần Hưng Đạo. Ces propositions s’attacheront à souligner les faits qui ont construit le processus d’héroïsation et de mémoire autour de ces personnages, tout en mettant en lumière les mécanismes mis en œuvre dans cette construction et les effets contextuels liés à chaque époque.

En portant son regard sur les monuments aux morts français, Franck David réinterrogera les impacts spatiaux de la construction mémorielle du Héros de la Grande Guerre et de son culte. L’auteur montrera comment ces monuments agissent comme des marqueurs de mémoire, devenant eux-mêmes au cours du temps et des commémorations, de véritables figures héroïques, entraînant des conséquences sur l’aménagement de l’espace et les pratiques qui s’y déroulent.

À la lecture de ces quatre textes, deux pistes principales se dégagent :

  1. Bien qu’il s’agisse de temporalités et d’espaces différents (XVIe et XVIIe siècles dans les Balkans, XVIe et XVIIIe siècles en Corse, XXe siècle à nos jours en France et au Vietnam), des processus et des enjeux similaires apparaissent dans chaque contexte étudié.
  2. Le processus d’héroïsation et de construction mémorielle s’inscrit toujours dans un contexte historique, culturel et spatial donné. De ce fait, les acteurs qui y participent ne sont jamais totalement empreints de neutralité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *