Atelier 2 – Héros et territoire, une co-construction entre matérialité et idéalité

Introduction

 

Guilhem MOUSSELIN
Doctorant en géographie
UMR 5319 PASSAGES – Université Bordeaux Montaigne

 

Mousselin G., 2016, Atelier 2 Introduction JG13 (.pdf)

Les personnages marquants sur le plan historique peuvent être des signifiants géographiques, car beaucoup d’entre eux ont contribué à façonner des territoires. Certains vont même jusqu’à transcender les époques et les échelles. Le héros est une figure humble, faisant preuve d’abnégation. Il agit pour les autres, mais aussi en faveur de l’espace dans lequel il intervient. L’action du héros est la plupart du temps spatialisée, et chaque personnage peut être assimilé à un espace ou le personnifier. Ce façonnement mutuel, volontaire ou non, participe d’une co-construction entre l’image héroïque et l’espace qui lui sert de scène. Cette image se déploie dans un temps borné par la naissance et la date de disparition du héros. Le rapport que le héros a entretenu avec cet espace crée ainsi une relation, souvent étroite, fruit d’un processus de maturation, lente ou rapide, se construisant au fil du temps. Au-delà, sa présence perdure à travers des manifestations physiques et mentales qui cultivent sa mémoire, car le héros s’il impacte l’espace, impacte aussi les représentations. L’espace joue en retour un rôle majeur sur l’évolution du mythe, de l’esprit et des mœurs des personnes qui peuplent l’espace encore habité par la présence du héros.

Le lien héros-espace révèle un processus complexe qui fabrique du visible et de l’indicible, de l’expliqué et de l’inexplicable, du réel et du magique. Cette double dimension participe à la production des faits géographiques, depuis l’imaginaire individuel jusqu’à la représentativité collective qui émane d’un espace, où de nombreux protagonistes, animent la dynamique d’entretien de la mémoire héroïque bien après que le héros ait disparu.

Les trois communications qui suivent donnent à voir des exemples du processus de co-construction héros-espace :

  1. Grégory Moigne proposera de creuser ces questionnements avec Merlin l’Enchanteur et la forêt mythique de Brocéliande, qui s’étend féériquement à l’Ouest de la France, tandis qu’elle évolue concrètement au gré de multiples prises touristiques bien réelles.
  2. Étienne Jacquemet gagnera en altitude vers les plus hauts sommets du monde, en portant son attention sur la région du Solukhumbu, grâce à une analyse géographique de la fabrication du lien héros-espace depuis 1953 jusqu’à nos jours.
  3. Joy Rivault remontera un peu le temps grâce son étude sur Mausole, haut personnage, ayant eu un impact certain sur la Carie, où il a imprimé durablement sa trace par ses réalisations monumentales et urbanistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *