Postface – Du mythe à la réalité : La quête du sens et des vrais héros

Postface
Du mythe à la réalité :
La quête du sens et des vrais héros

 

Richard MAIRE
Directeur de recherche émérite
UMR 5319 PASSAGES – Université Bordeaux Montaigne

 

Maire R., 2016, Postface JG13 (.pdf)

La sacralisation du héros est souvent instrumentalisée et récupérée par les pouvoirs : dictatures, régimes autoritaires ou démocraties. C’est le cas de Stakhanov, l’ouvrier modèle au rendement formidable et exagéré, qui a été exploité par Joseph Staline. Il en est de même de Lei Feng, le travailleur et soldat modèle de la propagande maoïste. Quant à l’exemple du Soldat inconnu mort au champ d’honneur, il mérite de s’y attarder (cf. Frank David). En effet, il s’agit d’un détournement de la notion de héros pour mieux justifier la Grande Guerre, que certains, de part et d’autre, avaient pourtant tout fait pour éviter comme Jean Jaurès. Paysans, ouvriers, instituteurs et autres travailleurs de l’ombre ont été sacrifiés, mais les vrais héros sont ceux qui ont refusé d’obéir à des ordres criminels et qui ont été fusillés. Jean Ziegler (2014) reprend cette expression de 1915, « Retournez les fusils ! », de l’Internationale socialiste qui refusait ce conflit nationaliste entre démocraties. Les grands vainqueurs ont été les industriels qui ont profité des découvertes techno-scientifiques liées à la guerre : chars, mitrailleuses, avions de combat, sous-marins, etc. Comble de l’absurde, c’est Fritz Haber, un éminent chimiste juif allemand qui découvre comment faire de l’ammoniac à partir de l’air pour fabriquer des explosifs et des engrais en l’absence de salpêtre, qui invente aussi les gaz de combat à base de chlore et qui contribuera ensuite à la découverte d’un insecticide, le Ziklon B, qui servira dans les chambres à gaz. Son prix Nobel de chimie obtenu en 1918 et remis en 1920 fait scandale. Peut-on être en même temps un héros « bienfaiteur de l’humanité » et un « meurtrier de masse » ? (Bensaud-Vincent, 2008).

La collusion entre la techno-science et le développement des armes prend une toute autre ampleur au cours et après la Seconde Guerre mondiale. En 1961, D. Eisenhower dénonce l’influence grandissante du complexe militaro-industriel. Y. N. Harari (2015) rectifie en soulignant la grave dérive scientifique actuelle :

« Il (Eisenhower) aurait dû alerter son pays sur le complexe scientifico-militaro-industriel, parce que, de nos jours, les guerres sont des productions scientifiques. Les forces armées du monde engagent, financent et orientent une bonne partie de la recherche scientifique et du développement technique de l’humanité ».

À l’échelle de l’individu, une question importante se pose avec acuité. Ainsi beaucoup de gens ignorent qu’ils sont des héros potentiels. Or ce sont les situations extrêmes ou qui sortent du commun qui révèlent les comportements. Ainsi, lors de l’Occupation nazie de la France, pourquoi certains ont été des résistants alors que d’autres ont été des délateurs et des « collabos » ? Vladimir Jankélévitch (2015) témoigne mieux que quiconque de « l’esprit de résistance ». Il écrit : « voyant les héros anonymes de la Résistance consentir au sacrifice total pour un monde meilleur qu’ils ne verront pas, nous aussi nous avons envie de dire, malgré toutes les arguties : et pourtant l’abnégation pure et le courage existent ! Ils ont existé dans les fossés du Mont Valérien » (p. 16). Et il ajoute : « Pour reprendre ici les paroles d’un autre héros antifasciste, un jeune Grec tombé, lui-aussi, sous les balles des bourreaux : « s’ils n’étaient pas allés au supplice, nous ne pourrions plus entendre aujourd’hui les cloches de la liberté » (p. 205).

Viktor Frankl répond en partie à cette question fondamentale. Professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université de Vienne, de famille juive, il est déporté en 1942 dans le camp de Theresienstadt. Toute sa famille disparaît. Il se retrouve finalement à Auschwitz en 1944. Rescapés des camps, Frankl fait un constat d’une importance capitale. Il a observé deux grands types de comportements à la fois chez les déportés et les gardes : d’un côté les gens biens, attentionnés, généreux et les autres (les petits chefs, les violents, les délateurs, etc.). Ceux qui ont survécu n’étaient pas les forts physiquement, mais ceux qui avaient un but éthique, une philosophie de l’existence, un sens à la vie et… aussi de l’humour, cette capacité qui permet de prendre du recul même dans les circonstances dramatiques, absurdes et grotesques.

Allons maintenant sur un autre terrain, celui du sport de compétition (football, cyclisme, tennis, athlétisme, etc.), de l’aventure et de l’exploration extrême. Plusieurs paramètres jouent un rôle fondamental dans la fabrique du héros : le nationalisme, le besoin de se surpasser, l’attrait de l’inconnu et aussi le désir narcissique de devenir des héros vivants véhiculés par les médias. Cela avait commencé tôt, par exemple avec l’Odyssée de l’Endurance dirigé par Sir Ernest Shackleton (2011) qui raconte la première tentative de traversée de l’Antarctique, de la Mer de Weddel à la Mer de Ross (1914-1917). Cette expédition d’exploration scientifique avait un double but : la grande aventure et la gloire en cas de succès. Cette épopée est restée comme la plus grande exploration de tous les temps par son engagement et par le fait que tous ont survécu. Fait absurde, de retour en Angleterre pendant la Grande Guerre, leur exploit passe inaperçu et plusieurs sont envoyés se faire massacrer dans les tranchées après avoir survécu aux pires conditions. Aujourd’hui l’aventurier Mike Horn joue au super-héros qui cherche à se surpasser dans des défis étonnants relayés par ses films et ses livres comme « vouloir toucher les étoiles » (2015).

Après la Seconde Guerre mondiale, la course au nationalisme dans l’ascension des premiers « 8 000 » en Himalaya a joué un rôle important dans la construction du héros national. L’exemple du premier « 8 000 vaincu » par les Français Maurice Herzog et Louis Lachenal est emblématique. La figure du héros national a été celle de M. Herzog qui est devenu ensuite ministre des sports du Général de Gaulle. Mais l’autre héros a été L. Lachenal, guide d’exception, qui a permis à M. Herzog d’atteindre le sommet et surtout de le ramener vivant malgré les graves gelures dont ils ont été tous deux victimes. L. Lachenal (2001) a résumé parfaitement la situation à la fin de Carnets du vertige :

« Pour moi cette course était une course comme les autres, plus haute que dans les Alpes, mais sans rien de plus. Si je devais y laisser mes pieds, l’Annapurna, je m’en moquais. Je ne devais pas mes pieds à la jeunesse française. Pour moi je voulais donc descendre. J’ai posé à Maurice la question de savoir ce qu’il ferait dans ce cas. Il m’a dit qu’il continuerait. Je n’ai pas à juger de ses raisons ; l’alpinisme est une chose trop personnelle. Mais j’estimais que s’il continuait seul, il ne reviendrait pas. C’est pour lui et pour lui seul que je n’ai pas fait demi-tour. Cette marche au sommet n’était pas une affaire de prestige national. C’était une affaire de cordée ».

Tout est dit ici sur le vrai héros : un homme courageux et généreux, parfaitement conscient des dangers.

Mais cette course au nationalisme a conduit à des excès délétères. L’exemple de la conquête du K2 en 1954, deuxième sommet du monde, par l’expédition italienne dirigé par le géologue Ardito Desio a été analysée 47 ans plus tard par Walter Bonatti (2001) qui était le plus jeune participant, mais aussi le plus vaillant. Il dénonce le mensonge de la version officielle et les risques insensés qu’il a encouru avec le porteur Madhi pour permettre à Campagnoni et Lacedelli d’atteindre le sommet. Il parle même « d’homicide raté », de « faux historique », de « mensonge d’État ». En 1964, W. Bonatti intente un procès en diffamation qu’il gagnera.

Étienne Jacquemet, dans ce volume, montre que les vrais héros de l’Everest sont d’abord les sherpas, des « héros anonymes, dévoués et compétents ». Et à propos du Néo-Zélandais Edmund Hillary, premier à atteindre le sommet de l’Everest en 1953 avec le sherpa Tenzing, son héroïsme ne se limite pas à l’exploit sportif, mais surtout à son action humanitaire inscrite dans le temps pour aider au développement de la région du Solukhumbu. Or ce n’est pas le cas de Reinhold Messner qui a pourtant atteint le premier le sommet de l’Everest sans oxygène et qui a été aussi le premier homme à gravir les quatorze « 8000 » de l’Himalaya.

La construction du héros est fondée au départ sur le courage et le besoin de justice avec les figures emblématiques du preux chevalier et du prince vaillant, défenseurs de la liberté et des faibles (cf. Alexandra Laliberté de Gagné). Désormais, les nouveaux héros des temps modernes sont les sportifs : cela permet d’offrir du « pain et des jeux ». Mais il ne faut pas oublier d’autres héros, ou prétendus tels, à l’instar des « capitaines d’industrie » applaudis par les économistes néolibéraux, les nantis et les médias. Face à ces héros de la guerre économique mondiale dénoncés par les penseurs indépendants comme Viviane Forrester (1996) ou Noam Chomsky (2008), il existe les « désobéissants civils » (Thoreau, 1997), les lanceurs d’alerte, certains élus et citoyens prônant des alternatives (cf. Maxime Demade, Alexandra Boccarossa). Mais ces nouveaux héros, encore peu nombreux, sont souvent intimidés, placardisés, parfois poursuivis en justice ou menacés d’emprisonnement (Edward Snowden, Julian Assange).

Depuis des décennies, face à cette carence en héros authentiques, le besoin de super-héros est fabriqué à travers des bandes dessinées et des films comme Superman, Batman, Spiderman (Merle, 2012) (cf. Aymeric Landot), mais aussi par des péplums et des westerns. La notion de surhomme est proche de celle de super-héros. Or l’idéologie nazie repose précisément sur le prétendu surhomme aryen et la nécessité d’aider le processus darwinien de sélection naturelle en supprimant les faibles, les inutiles, les races présumées inférieures. Dans la « banalité du mal », à travers la personnalité fade d’Eichmann, anti-héros par excellence, Hannah Arendt (1991) montre que le régime nazi n’a été rendu possible que grâce à une fabrication du consentement, et surtout par une organisation méthodique régie par des fonctionnaires zélés, en particulier pour exécuter la « Solution finale ».

La question du surhomme se pose aujourd’hui sérieusement avec le transhumanisme et le post-humanisme, notamment à partir des nouvelles recherches et découvertes sur le génome, les clones et l’éventualité de créer un humain « augmenté », mais qui serait réservé à une élite, les riches. C’est le fameux mythe sumérien de Gilgamesh, la quête de l’immortalité, aujourd’hui transformé en « projet Gilgamesh ». Les croyants de la technoscience pensent un jour vaincre la mort, car pour eux il s’agit d’un problème technique à résoudre (Harari, 2015). Il est intéressant de constater que les religions avaient déjà évacué l’idée de néant en croyant à la vie éternelle après la mort physique. Toutefois seul le héros qui se sacrifie pour la nation a peut-être la consolation de savoir qu’il vivra ensuite dans la mémoire collective.

Aujourd’hui les sciences biologiques, notamment les neurosciences, tendent à montrer que le libre arbitre n’existe pas, pas plus que l’âme et/ou l’esprit. Le héros courageux, bon et généreux ne serait alors qu’illusion ou créature passagère. Pourtant, dans l’affrontement permanent entre le bien et le mal, il faudra toujours des sauveurs et des justiciers pour défendre la vie, la liberté et la dignité contre la concurrence et l’individualisme qui semblent régir l’évolution des espèces et des sociétés à travers la sélection naturelle et la théorie du darwinisme, ce que Howard Bloom (1997) nomme le « principe de Lucifer ».

Toutefois l’éthologue Frans De Waal (2011, 2013) montre de manière remarquable que l’empathie et la coopération, à l’inverse de la concurrence, constituent des avantages pour la survie. En outre, l’empathie n’est pas propre à l’homme, mais notamment aux mammifères comme les singes et les éléphants. Plus remarquable encore est l’origine humaine de la morale qui serait au départ un processus biologique venu d’en bas, de l’intérieur, de type bottom-up. Il a observé que les grands singes, notamment les bonobos et les chimpanzés, sont dotés de valeurs morales (équité, partage, compassion) et que ce n’est pas l’homme et la religion qui ont inventé la morale, même si celle-ci peut-être ensuite enseignée et incorporée dans la dimension culturelle. Voilà qui rétablit l’équilibre et contraint à un comportement éthique.

Dans le monde hypermoderne, le héros patriote est en voie de disparition à cause de la montée inexorable du « nouvel empire mondial », déjà effectif sur un plan économique et financier. Cela se traduit par la perte de sens et du courage, la montée de l’insignifiance, la démission des élites et l’apathie des citoyens (Castoriadis, 2007 ; Fleury, 2011). Une chose est sûre, le héros intemporel, d’hier comme d’aujourd’hui, n’est pas un théoricien. Il est comme « le vrai philosophe : il fait ce qu’il dit » (Jankélévitch, 2015).

 

Bibliographie

ARENDT H., 1991, Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal, Paris, Gallimard, 512 p.
BENSAUD-VINCENT B., 2008, « Fritz Haber : Un criminel de guerre récompensé », La Recherche, no423, p. 66
BLOOM H., 1997, Le principe de Lucifer, Paris, Le Jardin des Livres, 463 p.
BONATTI W., 2001, L’affaire du K2, Chamonix, Éd. Guérin.
CASTORIADIS C., 2007, La montée de l’insignifiance, Les Carrefours du Labyrinthe – 4, Paris, Éd. du Seuil, 292 p.
CHOMSKY N., HERMAN E., EUGÈNE B. (dir.), 2008, La fabrication du consentement : De la propagande médiatique en démocratie, Marseille, Agone, 653 p.
FLEURY C., 2011, La fin du courage, Paris, Le Livre de Poche, 192 p.
FORRESTER V., 1996, L’horreur économique, Paris, Fayard, 215 p.
FRANKL V. E., 1973, Un psychiatre déporté témoigne, Lyon, Éd. du Chalet, 183 p.
HARARI Y.N., 2015, Sapiens : Une brève histoire de l’humanité, Paris, Albin Michel, 501 p.
HORN M., 2015, Vouloir toucher les étoiles, Paris, XO éditions, 260 p.
JANKÉLÉVITCH V., 2015, L’esprit de résistance : Textes inédits, 1943-1983, Paris, Albin Michel, 364 p.
LACHENAL L., 2001, Carnets du vertige. Textes de Gérard Herzog et Louis Lachenal, Chamonix, Éd. Guérin, 377 p.
MERLE S., 2012, Super-Héros et Philo, Paris, Bréal, 111 p.
SHACKLETON E., 2011, L’Odyssée de l’Endurance, Paris, Phébus, 336 p.
THOREAU H.D., 1996, La désobéissance civile, Paris, Éd. Mille et une Nuits, 63 p.
WAAL (de) F., 2011, L’âge de l’empathie : Leçons de nature pour une société solidaire, Arles, Actes Sud, 386 p.
WAAL (de) F., 2013, Le bonobo, Dieu et nous : À la recherche de l’humanisme chez les primates, Paris, Les Liens qui Libèrent, 361 p.
WEBER M., 2002, Le savant et le politique, Paris, 10-18, 224 p.
ZIEGLER J., 2014, Retournez les fusils ! Choisir son camp, Paris, Éd. du Seuil, 295 p.

Compte-rendu du Café Géo – Héros, mythes et espaces

Des super-espaces pour les super-héros ?
Espaces héroïques, dessinés et éditoriaux au cœur des mythologies Comics

 Gotham-City

Aymeric LANDOT
Doctorant en histoire médiévale
Laboratoire AGORA – Université de Cergy-Pontoise

 

Compte-rendu du Café Géo (.pdf)

Compte-rendu du Café Géo établi par :

Maxime DEMADE
Doctorante en géographie
Guilhem MOUSSELIN
Doctorant en géographie
UMR 5319 PASSAGES – Université Bordeaux Montaigne

Tout le monde connait au moins un super-héros, mais qu’en est-il de leurs espaces ? Telle est la question qu’Aymeric Landot, doctorant en histoire médiévale, nous a proposée lors d’un Café Géo qui s’est tenu le 14 octobre 2015 au Clap Coffee[1] de Bordeaux. Bien que son travail doctoral soit orienté sur des faits historiques avérés, en attestent ses recherches sur la famille de Baudricourt, du XIVe au XVIe siècles, Aymeric Landot, en prenant appui sur la citation d’Oxmo Puccino « Que serait Batman sans Gotham ? »[2] a proposé de s’interroger sur la relation établie entre la figure super-héroïque et la ville : la ville du super-héros est-elle un terrain de jeu ou un espace dans l’attente d’être sauvé ?

 

1. Les espaces des super-héros : émergence, action et programmation

La représentation que tout un chacun peut avoir d’une ville, dépeinte dans les Comics, est la plupart du temps liée à la personnalité d’un super-héros. Aymeric Landot admet que les super-héros entretiennent des liens plus ou moins étroits avec les espaces qu’ils pratiquent en tant que redresseurs de torts, mais aussi dans les actions de leurs alias, figures civiles qu’ils prennent comme façade à leurs actions justicières.

Selon lui, les super-héros sont définis dès leurs origines par deux types d’espaces : les « espaces d’émergence » et les « espaces d’action ». Les espaces d’émergence sont les lieux par lesquels émerge la vocation super-héroïque, à toutes les échelles. Pour Bruce Wayne, c’est bien sûr Crime Alley mais c’est aussi, à plus petite échelle, le quartier des Narrows dans les films ou Gotham toute entière. Pour Superman, c’est bien sûr Metropolis, car Clark Kent ne devient Superman qu’au moment où il passe de la « petite ville » (Smallville) à la grande (Metropolis). Ces espaces d’émergence ont leurs caractéristiques qui déterminent bien souvent certains attributs ou certaines spécificités du futur héros. Quant aux espaces d’action, ce sont les lieux où agissent les super-héros, à toutes les échelles. Tous ces espaces sont différents, parfois partagés, souvent pluriels : ils se confondent, s’opposent ou se complètent, permettant d’éclairer la nature des super-héros.

La dimension spatiale scénaristique contenue dans les Comics serait également assez signifiante pour expliquer en partie le façonnement de l’ « ethos super-héroïque » des personnages. Aymeric Landot avance l’argument que l’espace serait un élément de programmation important du comportement des super-héros, c’est-à-dire qu’il donnerait à la fois l’ambiance générale dans laquelle ils baignent, mais aussi l’axe global, le paradigme, qui suit l’univers de chacun d’entre eux. L’espace est un élément structurant de l’ethos de ces justiciers, la ville les marquant et imprégnant fortement leur personnalité.

 

2. Villes : un mal de justice urbaine, un besoin de justiciers spatiaux

Les espaces d’action des super-héros sont en grande partie des environnements urbains où la dimension dépravatrice est particulièrement forte. Les villes en tant qu’entités spatiales, mais aussi organisationnelles, se révéleraient comme des antres maudites, capables de produire elles-mêmes les monstres dont elles sont les victimes. Selon Aymeric Landot, la ville est omniprésente dans les univers des Comics figurés de manière souvent audacieuse dans les dessins des éléments d’architecture urbaine, mais aussi dans les plans d’organisation des unités spatiales. La ville, image de la modernité, est la représentation de la fascination des auteurs qui inspire à la fois crainte et admiration, et qui rompt avec les représentations classiques que l’on a de l’espace. Vues du ciel, les représentations initiales des villes de Comics évoluent au fil du temps pour se complexifier et regagner progressivement la surface de la vie. Ces villes, d’une verticalité vertigineuse, propices à la lumière et à la circulation des flux, humains et routiers, recèlent concomitamment de nombreux endroits interlopes et où les allées sombres forment des régularités qui organisent le damier urbain en y laissant une marque anxiogène.

En tant qu’elles sont les espaces privilégiés des super-héros, les villes constituent également des espaces où se développe une vision craintive voire catastrophiste de l’environnement urbain. S’y développe une criminalité protéiforme où les pouvoirs de la police se retrouvent souvent impuissants face aux actions des super-vilains. Les villes dépeintes dans les Comics seraient donc des espaces à sauver, en mal de justice urbaine qui justifierait l’existence de justiciers agissants. Ces derniers seraient alors des agents d’appropriation de l’espace urbain, dans la perspective d’une maîtrise de celui-ci.

La figuration de l’espace urbain engendre des visions ambivalentes, parfois assez schématiques qui retranscrivent les représentations culturelles et fantasmées de la ville. Accédant à une dimension presque mythifiée, les espaces urbains dans les Comics s’attacheraient davantage à privilégier la représentation des espaces laissés pour compte, des processus d’enclavement et de ségrégations socio-spatiales, où la justice spatiale serait seule incarnée par l’action de sur-êtres. À l’opposé, tout ce qui est périphérique à l’environnement urbain serait vu comme un milieu protégé et isolé des affres de l’urbanité. Le rural, plus encore que les espaces périurbains, et globalement toutes les figures spatiales périphériques à la ville sont représentées dans les Comics comme des espaces « conservateurs de talents » pour reprendre les termes d’Aymeric Landot. C’est le cas du manoir des X-Men, c’est le cas de la ferme des Kent à Smallville et de la forteresse de Solitude de Superman. Les lieux excentrés de la ville sont des lieux saints, dont la représentation est liée au rapport étatsunien à la banlieue voire à un certain ruralisme.

La représentation de l’espace dans les Comics évolue donc au rythme d’une ambivalence, entre angoisses urbaines et croyance amalgamant progrès et urbanité. Les comics proposent une représentation de la ville et des politiques urbaines sécuritaires, car la lutte contre le crime devient le principal enjeu des décisions municipales, à l’instar du New York en crise des années 1970, celui de Robert F. Wagner Jr., d’Abraham D. Beame, d’Edward I. Koch, qu’ont vécu les auteurs.

 

3. L’espace super-héroïque des Comics, une structure représentative à plusieurs niveaux

La représentation de l’espace dans les Comics révèle également une structure représentative extrêmement développée fondée sur un rapport étroit à la verticalité, thématique qui ressort comme vision archétypale de la ville nord-américaine. L’espace représenté, en tant qu’espace dessiné, apparait dans des cases, dont la taille et la forme, variables, réparties sur une planche, forment un ensemble éditorial cohérent.

L’urbanité est représentée en tant qu’entité spatiale qui se place au prisme des ascensions et des chutes que l’on perçoit sur les bandeaux vertigineux délimités sur la planche. Au cours de leurs aventures super-héroïques, les villes exposent leur dimension spectaculaire, parmi les sauts, les voltiges, les chutes ou les poursuites entre les marqueurs d’urbanité (buildings, trottoirs, automobiles…). La ville des Comics est éminemment spectaculaire, parce qu’elle est celle de la publicité, des grands bandeaux, elle est le théâtre d’un spectacle dont elle est le véritable personnage.

À plus petite échelle, Aymeric Landot a questionné la pensée spatiale des maisons d’éditions. Les éditions Marvel proposent un cadre spatial existant, dans lequel la ville de New York polarise super-héros et super-vilains. Les dessinateurs y alternent les clins d’œil géographiques (de quartiers qu’ils connaissent, avec leurs hauts-lieux) et des représentations très schématiques, à la limite de l’idéel (puisque le nom de New York est écrit, le besoin de réalisme est moindre). Au contraire, les éditions DC Comics inventent majoritairement ses villes : Gotham, Smallville, Metropolis, Starling City, etc. Selon Aymeric Landot, ce choix exige des auteurs une attention supplémentaire portée à l’environnement urbain, une réflexion plus poussée sur ces villes fictionnelles, pour leur donner justement une épaisseur réelle.

Introduction générale

Introduction Générale

Etienne GRESILLON
Maître de conférences
Université Paris-Diderot et UMR 7533 Ladyss
etienne.gresillon@wanadoo.fr

 

Lors de la onzième édition des journées de la géographie – organisées annuellement par l’association Doc’Géo – et qui s’est tenue le 4 octobre 2013 sous l’égide du laboratoire ADESS, les intervenants ont exposé des travaux scientifiques sur le dialogue entre l’environnement et la gouvernance. Ce numéro rassemble les communications de cinq jeunes chercheurs avec des entrées très variées (ressource, biodiversité, vulnérabilité, savoir locaux), et de multiples territoires. La richesse et la diversité des interventions témoignent de la pertinence du thème.

Depuis la fin du XXème siècle les enjeux environnementaux apparaissent de plus en plus comme des affaires publiques qui regardent autant les citoyens que les gestionnaires. Une grande partie des organismes internationaux, des états et des organismes non gouvernementaux (WWF, Greenpeace) comme des communautés locales assoient leur légitimité sur des questions environnementales. Ils appellent à promouvoir le développement durable (le sommet de la Terre à Rio de Janeiro, 1992), à intervenir sur la protection de la biodiversité (Man and Biosphère, 1971 ; Sommet de Johannesburg, 2002), à limiter le réchauffement climatique (Protocole de Kyoto, 2006, COP 21). Cet appétit international se décline également dans les entreprises avec les RSE (responsabilités sociales des entreprises).

La politisation de l’environnement s’associe avec des dispositifs de prise de décision qui se veulent plus collaboratifs, co-construits entre les parties concernées, dispositifs réunis sous le vocable de gouvernance. Cette pratique de régulation sociale et politique a été d’abord développée pour le secteur privé : il s’agissait d’étudier les acteurs impliqués dans les actions menées par les entreprises. Cette gouvernance percole ensuite dans la volonté libérale du New Public Management qui cherche à réduire la place et le pouvoir des états dans la gestion des biens publics (Pierre et Peter, 2000 ; Senn 2010). Comme l’écrit John Crowley la gouvernance conserve encore aujourd’hui « l’intention d’abattre le privilège politique de l’État. » (Crowley, 2003, p. 52). Face à cette charge, pour trouver une nouvelle légitimité sociale ainsi qu’économique, les pouvoirs publics vont ensuite mobiliser la gouvernance pour redéfinir leurs politiques publiques. En même temps, le cadre de la gouvernance s’élargit à des échelles de gouvernance macro (Finkelstein, 1995) et micro (Jouve, 2003) et les acteurs intervenant dans le processus de décision se multiplient (Rosenau et Czempiel, 1992).

Comment ce terme d’environnement, qui signifie « ce qui entoure l’homme », est devenu aussi central ? Le mot dégage tout d’abord une nouvelle manière de concevoir le monde. L’environnement casse les frontières théoriques entre l’homme et son milieu. Il permet d’associer dans une même analyse l’humanité et la terre. D’un point de vue disciplinaire, l’environnement ouvre la voie à un dialogue entre des disciplines relatives au milieu physique (sciences du vivant, géologie) et les humanités (anthropologie, sociologie, histoire, économie). Dans ce croisement la géographie se trouve dans un terrain auquel elle est accoutumée, comme en témoigne l’importance du nombre de géographes participant à la journée (8 communicants sur 10). L’environnement permet également de dépasser des sujets monoscalaires pour aborder les questions écologiques ou sociales avec des méthodes multi et inter-échelles. L’environnement habilite ainsi l’analyse de la terre comme un système dans lequel les questions politiques, sociales, écologiques, locales et globales sont abordées de manière concomitante. Les travaux des intervenants ont montré cette imbrication des échelles et des données socio-écologiques dans les questions environnementales.

Le premier article porte sur la vulnérabilité des populations rurales face aux changements globaux. Pour cela, l’auteure (Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed) analyse les interactions entre les habitants et les ressources hydriques. Pour ce faire, Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed étudie dans le bassin versant du Lemboulas la vulnérabilité des exploitations agricoles qui dépendent d’une eau d’irrigation qui se tarie. Elle tente par son analyse systémique de trouver des solutions pour une meilleure gestion de l’eau. Les auteurs suivants se positionnent dans le champ de la décision. Ils cherchent à offrir des réponses pour une meilleure gestion des ressources. Julien Batisse s’est intéressé à la gouvernance des ressources dans l’espace urbain, en menant un travail de recherche-action dans l’entreprise régionale Lyonnaise des Eaux Bordeaux-Guyenne. Il cherche à intégrer l’usager comme « un acteur de la gouvernance », à renouveler « des logiques d’innovation de développement économique pour les opérateurs et pour les services » et à « revisiter des modes de coordination avec des donneurs d’ordre (collectivité) ». Avec la notion de trame verte, Aurélie Bousquet tente d’ « articuler les savoirs des acteurs locaux avec les représentations scientifiques ». Elle offre aux gestionnaires une vision cartographique des territoires. Finalement, les chercheurs réfléchissent sur la participation des habitants dans les décisions environnementales. Tiffany Garcia Parrilla travaille sur la manière dont la question de la nature ordinaire a été définie par les chercheurs et comment les habitants de la commune de La Génétouze (Vendée) construisent une représentation collective de cette notion. Il s’agit d’engager un dialogue entre les définitions scientifiques et les représentations habitantes pour renforcer « les effets démocratiques de la participation écologique ». Elle invite l’équipe scientifique à entamer une étude réflexive sur les termes scientifiques utilisés dans la gestion environnementale des territoires. Sur le plateau des Millevaches en Limousin Julien Dupoux tente de révéler « comment un paysan peut avoir du pouvoir sur son environnement ». Pour offrir de la capacité à agir, il revient sur la définition du paysan qui n’est pas simplement un agriculteur, mais également un habitant d’un pays. « Et habiter ne consiste pas seulement à être là, à occuper une position mais à participer aux dynamiques territoriales. » Voilà une belle motivation pour entamer la lecture du numéro. Chaque auteur ici participe à la définition d’une manière d’habiter le monde aujourd’hui.

Bibliographie

CROWLEY,J., 2003, « Usages de la gouvernance et de la gouvernementalité », Critique internationale, vol. 4, n°21, p. 52-61.
FINKELSTEIN, L., 1995, “What is global governance?”,  Global Governance, n°1, , p. 367-372
JOUVE, B.,2003,La Gouvernance urbaine en questions, Paris, Elsevier
PIERRE, J, PETERS, G, 2000,Governance, Politics and the State, Basingstoke, Macmillan, 231 p.
ROSENAU, J.,CZEMPIEL, E-O.(Ed), 1992,Governance without Government: Order and Change in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press,  311 p
SENN, M., 2010, “Sovereignty – Some critical Remarks on the Genealogy of Governance” dansJournal on European History of Law, London,STS Science Centre, vol. 1, n°2, p. 9-13

Publication des Actes du colloque JG10 : Voyage

sur A3 - n° 10 le voyage- nov 2014

Les actes de la dixième édition du colloque organisé par DOC’GÉO sont parus dans les Cahiers d’ADESS.

Vous pourrez retrouver l’intégralité de la publication sur le site du laboratoire ADESS.

Colloque organisé par DOC’GÉO,
Bordeaux, 23 novembre 2012.

 

 

 

JG10 : Voyage : connaissances, perceptions et mobilités

 Introduction : Yann Calbérac (Université de Reims)

ATELIER 1 – LES DECOUVERTES, DE L’EXPLORATION A LA TRANSMISSION

Introduction : André-Frédéric HOYAUX (MCF en géographie, UMR 5185 ADES-CNRS, Université Bordeaux Montaigne)

♦ Pascale ARGOD : Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme
♦ Sidonie MARCHAL : Le voyage des frères Platter en Languedoc : une expérience patrimoniale de l’Antiquité ?
♦ Laura PEAUD : Des émotions du voyageur. A la construction d’une géographie du paysage : l’exemple des expéditions humboldtiennes

ATELIER 2 – LES MOTIVATIONS DU VOYAGEUR ENTRE FANTASMES ET REALITES

Introduction : Sébastien NAGELEISEIN (MCF en Géographie, UMR 5185 ADESCNRS, Université Bordeaux Montaigne)

♦ Pierre-Amiel GIRAUD : Le voyage de militants aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre : pèlerinage ou mission ? ♦ Annabelle CHARBONNIER : Trekkings et vécus touristiques dans l’Atlas marocain
♦ Etienne TOUREILLE : Les difficultés du voyage en Europe pour les étudiants turcs, quelles conséquences pour l’image de l’Europe ?

ATELIER 3 – DU SUPPORT DU VOYAGE AUX PRATIQUES TOURISTIQUES

Introduction Alain ESCADAFAL (Professeur des Universités en Aménagement de l’Espace et Urbanisme UMR 5185 ADES-CNRS Université Bordeaux Montaigne)

♦ Charlotte RUGGERI : La ligne à grande vitesse californienne : s’approprier une nouvelle infrastructure de transport afin de penser de nouvelles pratiques touristiques et urbaines
♦ Joseph RABIE : La représentation du pittoresque dans les cartes routières

CONCLUSION – « C’EST LE VOYAGE QUI VOUS FAIT, OU VOUS DEFAIT » Yann Calbérac

Appel à communications – JG13 – Héros, mythes et espaces

Voici l’appel à communications du prochain colloque organisé par DOC’GÉO.
Pour cette treizième édition les membres de l’association vous invitent à réfléchir autour de la figure héroïque, ses représentations et ses impacts socio-spatiaux.

Vous retrouverez prochainement l’appel à communication avec les conditions de participation sur Calenda ou sur le fichier PDF suivant : JG13 – Appel à communications – DOC’GEO .

Colloque organisé le jeudi 15 octobre 2015 sur le campus de Bordeaux Montaigne.

Héros, mythes et espaces
Quelle place du héros dans la construction des territoires ?

De Jeanne d’Arc à Jean Moulin, l’Histoire de l’humanité est parsemée de hautes figures ou de personnages illustres, ayant marqué leur temps par leur grandeur d’âme ou par l’accomplissement de grands exploits. Ces hommes et ces femmes, porteurs de systèmes de valeurs, se meuvent dans le temps et l’espace, traduisent et influencent les représentations socio-spatiales, et ne peuvent se départir des territoires dont ils sont issus et sur lesquels ils interviennent.

Si le terme de héros peut paraître générique, il recouvre, de toute évidence, de multiples facettes. Qu’il soit réel ou fictif, le héros se distingue du reste des hommes par ses actes de bravoure et ses mérites extraordinaires. Les héros de la Mythologie, puis les héros médiévaux des Légendes jusqu’aux aventuriers de la littérature moderne, nous permettent de tracer l’évolution des figures du héros jusqu’aux super-héros des fictions. Très connus du grand public grâce aux comics, souvent mis en film au cinéma, ces héros irréels portent en eux, tout comme leurs précurseurs, des références spatiales dans leurs aventures. Ces références sont autant de témoignages et de représentations contemporaines de l’auteur, que de l’influence du héros sur celles-ci.

Il convient cependant de ne pas restreindre le héros à l’image d’un surhomme, car si l’anti-héros témoigne, dans l’écriture qui est faite de lui, d’une dimension négative ou parfois cocasse, il fait bel et bien référence à une des facettes du héros. Ce personnage ne présente peu voire aucune caractéristique du héros conventionnel, mais pour autant il détient une place centrale dans le scénario et l’histoire d’un espace. Ce peut donc être un individu lambda menant une vie ordinaire dans un cadre tout aussi banal.
Après avoir rapidement dressé le portrait du héros, nous proposons quelques pistes de réflexion autour des problématiques socio-spatiales pouvant être soulevées par les figures héroïques.

I. La production des processus héroïques : l’héroïsation
Selon Joseph Campbell1, il apparaît que les héros mythiques détiennent une forme d’universalité dans leur construction1. Tous les héros suivent, au moins pour partie, un processus d’héroïsation, que l’auteur nomme le « monomythe ». Sorti de son ordinaire, ce voyage initiatique semé d’épreuves révèle la figure héroïque aux yeux des autres dans l’accomplissement d’une quête.
À partir de quel(s) moment(s) s’affirme(nt) la posture du héros ? Quel(s) élément(s) permette(nt) d’affirmer cette posture ? Le héros est-il choisi ou bien s’impose-t-il ? Dans quelle(s) mesure(s) le contexte historique et social prédispose-t-il à l’émergence d’un modèle héroïque ? Quel serait le contexte le plus favorable pour appréhender l’apparition d’un héros ou sa disparition ?
1 Campbell J, 1949, The Hero with a Thousand Faces, Pantheon Press.

II. L’interdépendance héros-territoire
Les héros naissent et vivent pour et par les sociétés. En ce sens, leur attache territoriale semble évidente. En réponse aux attentes sociétales, ils participent à la structuration et à la construction identitaire d’un espace. Leur influence s’entrevoit à différents niveaux, à la fois dans la construction de monuments à leur effigie et même jusque dans la manière de nommer les lieux. Pour preuve, la Place de l’Étoile rebaptisée Place Charles de Gaulle en 1970, ou encore la Place du parvis Notre-Dame devenue le parvis Notre-Dame – Place Jean-Paul II en 2006.
De quelle(s) manière(s) les héros agissent-ils sur l’espace ? Comment donnent-ils de la visibilité aux territoires ?
À l’opposé, le Soldat inconnu, mort anonyme représentant tous les soldats tués durant la Première guerre mondiale, nous amène à questionner l’existence probable de héros a-territoriaux.
Un héros peut-il être considéré sans territoire et pour autant avoir des impacts spatiaux ? Les héros pratiquent-ils l’espace géographique de la même manière que les êtres ordinaires ? Quelles différences peut-on faire dans l’approche spatiale des héros de fiction et celle des héros plus réels ?

III. Les échelles de la figure héroïque
La sphère médiatique révèle de nos jours plusieurs facettes du héros. Certains bénéficient d’une célébrité éphémère et circonscrite dans l’espace-temps qui les a vus naître. D’autres voient leur aura dépasser les limites de leur propre territoire, tandis que certaines personnes ne s’affirment pas en tant que héros, comme l’être ordinaire qui vit une expérience banale, alors qu’il peut tenir un rôle déterminant, notamment dans le processus des projets participatifs. Cette diversité de situations amène à questionner la valeur du statut héroïque à différentes échelles.
Existe-t-il une échelle de référence pour acquérir le statut de héros ? Comment fonctionne le jeu des échelles sur le statut de héros ? Est-il possible d’observer une nouvelle fabrique du héros en réponse aux attentes sociétales ?

IV. L’espace devient figure héroïque
Certains espaces peuvent être héroïsés au même titre que certaines hautes figures, sans pour autant que l’on connaisse dans le détail le nom de tous les individus. Les villages martyrs, comme Oradour-sur-Glane, ou les camps de concentration, comme Auschwitz, ou d’autres lieux de souffrance, en deviennent territoires de mémoire, symboles des affres de la guerre.
D’un autre point de vue, il est intéressant d’observer la suprématie du terrain pour les chercheurs, autour duquel toute réflexion porte et se structure. Loin de signifier que tout travail de recherche est initié par le choix du terrain, il n’en reste pas moins qu’il occupe une place prépondérante.
Comment l’héroïsation du terrain influence-t-elle le travail du chercheur ? Est-il possible d’observer une évolution dans la manière d’approcher le terrain dans un travail de recherche ?

V. L’influence des héros sur les pratiques spatiales
La prégnance de hautes figures ou de personnages illustres a profondément marqué certains territoires, au point d’être encore célébrés régulièrement dans des lieux spécifiques et en entrainant des périples ou des voyages sur leurs traces. Les pèlerinages marquent le culte et la dévotion portés à ces personnages. Ce peut être également le cas de territoires foulés par des personnages fictifs, ce qui entraîne des voyages pour la découverte de ces espaces idéalisés.
Sur quelles bases ces itinéraires se fondent-ils ? Le héros a-t-il une action réelle sur ces pratiques ? Quels en sont les principaux instigateurs et quels sont leurs buts ?

VI. La (ou les) figure(s) singulière(s) du héros
Si le héros se distingue des autres par sa force et son courage au travers des épreuves qu’il traverse : qu’en est-il des figures singulières du héros, comme par exemple les sportifs ? Les Unes de journaux les proclament comme des héros sportifs, le sont-ils vraiment ? N’assistons-nous pas à une évolution de la définition du héros, dont les athlètes et les sportifs n’en seraient qu’une facette ? Dans cette optique, se pose la question des temporalités. La recherche perpétuelle de records les amène à dépasser leurs limites afin de réaliser ce qui apparait aux autres comme inatteignable. Mais la quête de records et des scores personnels peut s’arrêter tout à coup au profit d’un autre, plus fort et plus rapide.
Comment se transmet le flambeau du héros ? Ces héros singuliers du vivant, perdurent-ils ou sont-ils éphémères ? Quels peuvent être les impacts sociaux, spatiaux et temporels de ces héros ?

Conditions de l’appel à communication

Les questionnements étant très nombreux, l’appel à communication est volontairement non exhaustif. Le colloque est ouvert à toutes les disciplines intéressées par la question (géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, etc.). Nous attendons des communications sur des terrains variés, lointains ou non. Le comité scientifique attend des propositions structurées et problématisées.

La proposition comprendra un résumé de 3000 à 5000 signes (espaces, notes et bibliographie compris), cinq mots-clés, nom et prénom, section disciplinaire, laboratoire et université de rattachement, statut (master, doctorant ou jeune docteur), numéro de téléphone et e-mail. La proposition est à envoyer à docgeo_bdx@yahoo.fr dans un fichier pdf intitulé : « votre nom_jg13.pdf ».

Après acceptation par le comité scientifique, les propositions retenues feront l’objet d’une communication orale lors du colloque, qui aura lieu à la Maison des Suds, sur le campus bordelais, à Pessac. Le comité scientifique sélectionnera les articles pouvant faire l’objet d’une publication sur le blog Hypothèses de l’association (http://docgeo.hypotheses.org/).

Calendrier

Retour des propositions : 12 avril 2015 : docgeo_bdx@yahoo.fr
Acceptation du comité scientifique : 15 mai 2015
Retour des articles complets (30 000 signes) : 12 septembre 2015
Colloque : jeudi 15 octobre 2015 sur le campus de Bordeaux

Publication des Actes du colloque JG08 – Villes et Imaginaires : du rêve au cauchemar

afficheJG08

Les actes de la huitième édition du colloque organisé par DOC’GEO sont parus dans les Cahiers d’ADESS.

Vous pourrez retrouver l’intégralité de la publication sur le site du laboratoire ADESS.

Villes et Imaginaires : du rêve au cauchemar
Colloque organisé par DOC’GEO,
Bordeaux, 22 et 23 avril 2010.

SOMMAIRE

Introduction : Jean-Pierre Augustin

ATELIER 1 : L’imaginaire urbain dans la littérature
– Mike the PoeT ou ce que signifie être vivant à Los Angeles. Charles JOSEPH
– Ville rêvée, ville cauchemardée, villes imaginaires : l’utopie géographique dans les cinq cent millions de la Bégum (1879) de Jules Verne. Lionel DUPUY
– Villes et imaginaires : aménagements et modèles urbains dans les mangas. David AMIAUD

ATELIER 2 : La ville rêvée des aménageurs
– Saint-Brieuc rêve de rénovation. La dimension cachée d’une ville en renouvellement. Solène GAUDIN et Martine CANDELIER-CABON
– Le campus à la française, une utopie fonctionnaliste ? Le cas du campus bordelais. Marie CROSNIER
– Les grands ensembles : de la ville moderne à la ville durable. Amar BENSALMA

ATELIER 3 : Ville et ruptures. I – La ville dans les processus identitaires
– Bruxelles et la Belgique : parenthèse ou trait d’union ? Marion BERZIN
– À Dresde, le rêve se conjugue au passé. La difficulté de Dresde pour redéfinir son identité lue à travers l’art public. Chloë VOISIN

ATELIER 4 : Ville et ruptures. II – Les multiples visages des marges de la ville
– Les mises en lumière de la nuit urbaine. Sandra MALLET
– Les nuits sombres de Casa la Blanche. Olivia POUSSOT
– Du jardin d’Eden à la continuité naturelle : chemin d’un imaginaire de désenchantement ? Etienne GRESILLON et Teddy ARRIF

Conclusion : Karen FOUSSETTE

Dégustation Slow Food

Lundi 06 octobre, nous avons poursuivi le cycle de manifestations relatif au colloque « L’Homme pressé » avec une conférence Slow Food. Cette activité, financée par le FSDIE de l’université Bordeaux Montaigne, nous a permis d’inviter Paul Le Mens, ingénieur en science des aliments. Ce dernier nous a proposé une conférence ainsi qu’une dégustation autour du pain, ou plus exactement des pains.

Paul Le Mens a introduit son intervention en revenant sur les sens en action au cours d’une dégustation. Détaillant au fur et à mesure ce processus sensoriel, les participants ont pu apprécier, en faisant appel à leur imaginaire, chaque étape : du moment où l’on achète sa baguette chez le boulanger, alléché par l’odeur chaude du pain sortant du four, à celui où l’on coupe la croute dorée et craquante et enfin, à l’instant où l’on porte un morceau à la bouche. Paul Le Mens a su, grâce à de nombreuses métaphores et quelques traits d’humour, permettre à chacun d’en apprendre davantage sur les mécanismes physiologiques entrant en jeu dans la pratique de la dégustation et sur la manière d’apprécier le pain, cet « ami oublié ».

Image 1 Public &P.LeMensImage 2 Public &P.LeMens

S’en est suivie une dégustation où chacun a pu faire part de ses ressentis olfactifs et gustatifs selon les différents pains présentés : avec levure ou au levain, au petit épeautre, au seigle ou encore au blé. Qu’il nous rappelle le papier, le miel, les fruits secs voire la paille, une chose se confirme: le pain, cet aliment des plus courants, dispose d’un potentiel mémoriel fort allant pour certain s’apparenter à leur madeleine de Proust.

Une chose est sûre, pour saisir ses arômes, il faut avant tout, en plus de s’entraîner à l’exercice, savoir prendre le temps de déguster.

Image 3 Dégustation Public & P.LeMens

Nous remercions Paul Le Mens d’avoir participé à cet évènement et d’avoir su s’inscrire dans l’esprit « slow » des manifestations liées au colloque en proposant une conférence pleine d’intérêt et conviviale.

Dégustation Slow Food – Colloque « L’Homme pressé »

Image

Affiche Slow FoodA l’occasion de son douzième colloque, intitulé « L’Homme pressé: impacts et paradoxes socio-spatiaux », l’association Doc’Géo propose une conférence ainsi qu’une dégustation sur la thématique du Slow Food.

Initiation au savoir de la dégustation animée par Paul Le Mens, ingénieur en science des aliments. Un temps pour ravir vos sens tout en enrichissant vos connaissances sur l’art et la manière d‘expérimenter
le mouvement Slow Food.

Pour en savoir plus :
Slow Food France
Slow Food Bordeaux

 

Atelier au Recyclorium

Samedi dernier, nous avons inauguré le cycle de manifestations sur l’homme pressé avec un atelier bricolage au Recyclorium, une recyclerie située à Ambarès-et-Lagrave, au nord-est de Bordeaux. Cette activité, financée par le FSDIE de l’université Bordeaux Montaigne, a été organisée en partenariat avec l’AEGB.

Après nous avoir gentiment accueillis avec une boisson chaude, Claire et Élodie, les fondatrices du Recyclorium, nous ont présenté les objectifs de leur association à l’aide de tableaux recyclés en supports de diaporamas très slow. Les transitions corporelles entre les slides furent particulièrement appréciées ! Contrairement à ce que certains étudiants de licence 1 ont cru, une recyclerie n’est pas une usine de recyclage (c’est peut-être pour cela que si peu ont fait le déplacement…). Il en existe de plusieurs sortes et le Recyclorium a choisi de se focaliser sur le réemploi (réutilisation directe des objets) ou le détournement (transformation des objets pour changer leur fonction). Derrière cela, il y a l’objectif a plus long terme de changer les modes de consommation pour les rendre plus durables et plus slow.

Ensuite, dans l’atelier de transformation, les sept samouraïs mercenaires volontaires que nous étions ont retapé, pimpé, réparé, décoré et détourné des chaises en fer forgé (devenues une banquette), une table basse très moustache trend, une chaise à bascule et surtout une méridienne en caisses de vin un peu trop éventée (du recyclage de recyclage donc).

L’atelier s’est terminé vers 19h. Les meubles seront exposés à la Maison des Suds et serviront de salon de bienvenue lors du colloque des JG12 les 9 et 10 octobre prochains. Nous remercions le Recyclorium pour son accueil chaleureux et espérons qu’il convaincra de plus en plus de monde de changer de mode de consommation et de participer au recyclage au-delà du simple tri !

Programme du douzième colloque Doc’Géo

L’homme pressé : impacts et paradoxes socio-spatiaux

Voici le programme du douzième colloque de Doc’Géo, que vous pourrez retrouver également en cliquant sur le lien suivant : http://calenda.org/297134

Présentation

Les 9 et 10 octobre 2014, Doc’Géo, association bordelaise des doctorants et masters en sciences de l’espace et du territoire, organise son douzième colloque en partenariat avec l’UMR 5185 ADESS (CNRS), le Département de géographie de l’université Bordeaux Montaigne et l’Université Bordeaux Montaigne. Ces journées de recherche, ouvertes en priorité aux masters, doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines, sont l’occasion de discuter autour d’un thème original entre jeunes chercheurs. Cette édition portera son attention sur le couple conceptuel rapidité / lenteur.  Sandra Mallet (Maître de conférences Géographe-Urbaniste,Université de Reims Champagne Ardenne) en sera l’invitée. Le colloque sera composé de trois ateliers :

  • Rien ne sert de rouler, il faut partir à pied ?
  • Le temps comme ressource stratégique. Entre projets et politiques ;
  • Objets numériques : vecteurs d’accélération ?

Programme

Jeudi 9 octobre

13h30 – Accueil des participants

  • 14h00 – Discours d’ouverture Pierre-Amiel GIRAUD (Président de Doc’Géo, Doctorant en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)
  • 14h15 – L’expérience du temps Marie CROSNIER (doctorante en urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

14h20 – Invitée: réflexion autour de la vitesse et des temporalités dans la recherche Sandra MALLET (maître de conférences en urbanisme, Institut d’Aménagement des Territoires, d’Environnement et d’Urbanisme de l’Université de Reims (IATEUR), Université de Reims Champagne-Ardenne) 15h00 – Introduction

  • Mireille DIESTCHY (doctorante en sociologie, UMR 5141 LTCI, Télécom ParisTech) Le slow en actes : critiques, tensions et résistances.

15h40 – Pause

16h00 – Atelier : rien ne sert de rouler, il faut partir à pied ?

Animateur : André-Frédéric HOYAUX (maître de conférences en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (16h00) Étienne FAUGIER (post-doctorant en histoire, Institut d’histoire, Université de Neuchâtel) La vitesse n’est que lenteur : l’exemple de l’automobilisme.
  • (16h30) Elena PENNEC (doctorante en sociologie, UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais de Tours) L’articulation des temporalités aux rythmes constatés : l’exemple de la pratique de la marche lors des déplacements domicile-travail.

17h00 – Discussions

Vendredi 10 octobre

09h00 – Accueil des participants

09h30 – Atelier : le temps comme ressource stratégique. Entre projets et politiques

Animateur : Maurice GOZE (professeur des universités en aménagement de l’espace et urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (09h30) Jean GROSBELLET (doctorant en aménagement de l’espace et urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne) Vers la « ville citron », reflet d’un urbanisme pressé.
  • (10h00) Gabriel GONZALEZ (doctorant en architecture et sciences de la ville, LaSUR, École Polytechnique Fédérale de Lausanne) L’attente : Levier d’action ou otage du paradoxe des valeurs socio-spatiales.

10h30 – Pause

  • (11h00) Déborah CORRÈGES (docteure en anthropologie sociale et culturelle, UMR 8171 – IMAF, EHESS) Les temps du politique au prisme de la mondialisation : le rythme de Madagascar en réponse à la cadence imposée des bailleurs de fonds mondiaux.
  • (11h30) Chris BEYER (doctorant en géographie, EA 2252 RURALITES, Université de Poitiers) Les politiques temporelles : réponses au délitement des rythmes sociaux ?

12h00 – Discussions 12h30 – Repas

14h00 – Atelier : objets numériques : vecteurs d’accélération ?

Animateur : Marina DUFÉAL (maître de conférences en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (14h00) Bouchra DAOUDI (doctorante en sciences politiques, UMR 5194 PACTE, Sciences Po Grenoble, Université Grenoble Alpes) De l’urne traditionnelle à l’urne électronique : ce que les machines à voter font de l’espace temporel électoral.
  • (14h30) Denis TRAUCHESSEC (doctorant en géographie, UMR 6590 ESO, Université d’Angers) « Tu bouges ou tu reçois ? » Sur l’efficacité des applications de rencontre entre hommes comme outil de la mobilité.
  • (15h00) Pauline GAUDIN (doctorante en arts, EA 3204ACCRA, Université de Strasbourg) Mobilité : l’artiste qui voyage et expérimente le réel.

15h30 – Discussions 16h00 – Pause 16h30 – Annonce des lauréats du concours photo

  • 16h45 – Conclusion du colloque par l’invitée, Sandra MALLET

 

Doc’Géo

L’association DOC’GÉO, Association Bordelaise des Doctorants et Masters en sciences de l’espace et du territoire, a pour but d’offrir un lieu privilégié de réflexion et d’échange pour ses membres. Elle nourrit son action par une large participation de ses adhérents – jeunes chercheurs et masters – sans exclure celle d’intervenants extérieurs. L’association favorise les échanges scientifiques et intellectuels sous toutes leurs formes. Ce carnet est conçu comme un moyen d’échange et de partage en ligne des activités de l’association. Sa principale visée est de présenter les activités scientifiques de l’association, les travaux de recherche et les réflexions des adhérents. Seront diffusés en particulier les actes préliminaires du colloque annuel de jeunes chercheurs, organisé par Doc’Géo. Les thématiques et les objets abordés refléteront la diversité des centres d’intérêt et de recherche des membres de l’association. La géographie, l’urbanisme et l’aménagement occuperont ainsi la plus grande place. Le carnet reste ouvert à des disciplines proches comme par exemple l’anthropologie, la sociologie ou les sciences politiques.