Introduction générale

Introduction Générale

Etienne GRESILLON
Maître de conférences
Université Paris-Diderot et UMR 7533 Ladyss
etienne.gresillon@wanadoo.fr

 

Lors de la onzième édition des journées de la géographie – organisées annuellement par l’association Doc’Géo – et qui s’est tenue le 4 octobre 2013 sous l’égide du laboratoire ADESS, les intervenants ont exposé des travaux scientifiques sur le dialogue entre l’environnement et la gouvernance. Ce numéro rassemble les communications de cinq jeunes chercheurs avec des entrées très variées (ressource, biodiversité, vulnérabilité, savoir locaux), et de multiples territoires. La richesse et la diversité des interventions témoignent de la pertinence du thème.

Depuis la fin du XXème siècle les enjeux environnementaux apparaissent de plus en plus comme des affaires publiques qui regardent autant les citoyens que les gestionnaires. Une grande partie des organismes internationaux, des états et des organismes non gouvernementaux (WWF, Greenpeace) comme des communautés locales assoient leur légitimité sur des questions environnementales. Ils appellent à promouvoir le développement durable (le sommet de la Terre à Rio de Janeiro, 1992), à intervenir sur la protection de la biodiversité (Man and Biosphère, 1971 ; Sommet de Johannesburg, 2002), à limiter le réchauffement climatique (Protocole de Kyoto, 2006, COP 21). Cet appétit international se décline également dans les entreprises avec les RSE (responsabilités sociales des entreprises).

La politisation de l’environnement s’associe avec des dispositifs de prise de décision qui se veulent plus collaboratifs, co-construits entre les parties concernées, dispositifs réunis sous le vocable de gouvernance. Cette pratique de régulation sociale et politique a été d’abord développée pour le secteur privé : il s’agissait d’étudier les acteurs impliqués dans les actions menées par les entreprises. Cette gouvernance percole ensuite dans la volonté libérale du New Public Management qui cherche à réduire la place et le pouvoir des états dans la gestion des biens publics (Pierre et Peter, 2000 ; Senn 2010). Comme l’écrit John Crowley la gouvernance conserve encore aujourd’hui « l’intention d’abattre le privilège politique de l’État. » (Crowley, 2003, p. 52). Face à cette charge, pour trouver une nouvelle légitimité sociale ainsi qu’économique, les pouvoirs publics vont ensuite mobiliser la gouvernance pour redéfinir leurs politiques publiques. En même temps, le cadre de la gouvernance s’élargit à des échelles de gouvernance macro (Finkelstein, 1995) et micro (Jouve, 2003) et les acteurs intervenant dans le processus de décision se multiplient (Rosenau et Czempiel, 1992).

Comment ce terme d’environnement, qui signifie « ce qui entoure l’homme », est devenu aussi central ? Le mot dégage tout d’abord une nouvelle manière de concevoir le monde. L’environnement casse les frontières théoriques entre l’homme et son milieu. Il permet d’associer dans une même analyse l’humanité et la terre. D’un point de vue disciplinaire, l’environnement ouvre la voie à un dialogue entre des disciplines relatives au milieu physique (sciences du vivant, géologie) et les humanités (anthropologie, sociologie, histoire, économie). Dans ce croisement la géographie se trouve dans un terrain auquel elle est accoutumée, comme en témoigne l’importance du nombre de géographes participant à la journée (8 communicants sur 10). L’environnement permet également de dépasser des sujets monoscalaires pour aborder les questions écologiques ou sociales avec des méthodes multi et inter-échelles. L’environnement habilite ainsi l’analyse de la terre comme un système dans lequel les questions politiques, sociales, écologiques, locales et globales sont abordées de manière concomitante. Les travaux des intervenants ont montré cette imbrication des échelles et des données socio-écologiques dans les questions environnementales.

Le premier article porte sur la vulnérabilité des populations rurales face aux changements globaux. Pour cela, l’auteure (Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed) analyse les interactions entre les habitants et les ressources hydriques. Pour ce faire, Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed étudie dans le bassin versant du Lemboulas la vulnérabilité des exploitations agricoles qui dépendent d’une eau d’irrigation qui se tarie. Elle tente par son analyse systémique de trouver des solutions pour une meilleure gestion de l’eau. Les auteurs suivants se positionnent dans le champ de la décision. Ils cherchent à offrir des réponses pour une meilleure gestion des ressources. Julien Batisse s’est intéressé à la gouvernance des ressources dans l’espace urbain, en menant un travail de recherche-action dans l’entreprise régionale Lyonnaise des Eaux Bordeaux-Guyenne. Il cherche à intégrer l’usager comme « un acteur de la gouvernance », à renouveler « des logiques d’innovation de développement économique pour les opérateurs et pour les services » et à « revisiter des modes de coordination avec des donneurs d’ordre (collectivité) ». Avec la notion de trame verte, Aurélie Bousquet tente d’ « articuler les savoirs des acteurs locaux avec les représentations scientifiques ». Elle offre aux gestionnaires une vision cartographique des territoires. Finalement, les chercheurs réfléchissent sur la participation des habitants dans les décisions environnementales. Tiffany Garcia Parrilla travaille sur la manière dont la question de la nature ordinaire a été définie par les chercheurs et comment les habitants de la commune de La Génétouze (Vendée) construisent une représentation collective de cette notion. Il s’agit d’engager un dialogue entre les définitions scientifiques et les représentations habitantes pour renforcer « les effets démocratiques de la participation écologique ». Elle invite l’équipe scientifique à entamer une étude réflexive sur les termes scientifiques utilisés dans la gestion environnementale des territoires. Sur le plateau des Millevaches en Limousin Julien Dupoux tente de révéler « comment un paysan peut avoir du pouvoir sur son environnement ». Pour offrir de la capacité à agir, il revient sur la définition du paysan qui n’est pas simplement un agriculteur, mais également un habitant d’un pays. « Et habiter ne consiste pas seulement à être là, à occuper une position mais à participer aux dynamiques territoriales. » Voilà une belle motivation pour entamer la lecture du numéro. Chaque auteur ici participe à la définition d’une manière d’habiter le monde aujourd’hui.

Bibliographie

CROWLEY,J., 2003, « Usages de la gouvernance et de la gouvernementalité », Critique internationale, vol. 4, n°21, p. 52-61.
FINKELSTEIN, L., 1995, “What is global governance?”,  Global Governance, n°1, , p. 367-372
JOUVE, B.,2003,La Gouvernance urbaine en questions, Paris, Elsevier
PIERRE, J, PETERS, G, 2000,Governance, Politics and the State, Basingstoke, Macmillan, 231 p.
ROSENAU, J.,CZEMPIEL, E-O.(Ed), 1992,Governance without Government: Order and Change in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press,  311 p
SENN, M., 2010, “Sovereignty – Some critical Remarks on the Genealogy of Governance” dansJournal on European History of Law, London,STS Science Centre, vol. 1, n°2, p. 9-13