Atelier 3 – De nouveaux héros pour de nouveaux territoires

Introduction

 

Guilhem MOUSSELIN
Doctorant en géographie
UMR 5319 PASSAGES – Université Bordeaux Montaigne

 

Mousselin G., 2016, Atelier 3 Introduction JG13 (.pdf)

Cet atelier clôt cette riche journée pour deux raisons. L’analyse des faits géographiques procède par des logiques d’emboitements entre les échelles spatiales. Il apparaît que les deux communications suivantes permettent d’aborder des préoccupations locales, voire micro-locales d’acteurs du terrain. De plus, elles inscrivent le lien héros-territoire dans des dynamiques récentes, voire un ordre temporel régi par la quotidienneté. Dans la prise en compte de la diversité des figures héroïques, il a pour l’instant été question de personnages illustres, identifiés clairement suite à des actions très spécifiques. Mais où placer l’individu de tous les jours ? Celui-ci ne joue-t-il pas un rôle sur la scène territoriale ? Ne revêt-il pas d’une figure nouvelle à prendre en compte sur l’échiquier héroïque ?

L’action de tout un chacun a un impact plus ou moins marquant et durable sur l’espace géographique. Habitant ou citoyen, nous vivons et sommes représentés politiquement par des acteurs qui prennent part aux dialogues qui se jouent sur l’espace. Depuis ces dernières années, la vision de certains types d’acteurs a prévalu en maître sur l’opinion des masses, fabricant une vision consensuelle pour résoudre des problématiques variées et assurer le bien-être général. Cette recherche procède cependant d’une part de rêve et de mythe, qui reste difficile à mettre en œuvre concrètement. Tandis que l’action politique de certains acteurs est remarquable, il est possible d’observer des mouvements contestataires, révélant une infime partie de la diversité des figures locales qui jouent, avec plus ou moins de virulence, un rôle fondamental sur les espaces qu’ils représentent et qu’ils pratiquent. L’implication des politiques et des collectifs d’habitants sont deux exemples symptomatiques étudiés dans le cadre de la gestion des territoires. Ces figures se rencontrent, se heurtent dans des débats et peuvent être amenées à partager leurs points de vue. Aujourd’hui, il apparait que la prise en compte des avis de tout le monde est une quête avouée et enviable dans les procédures réglementaires, en privilégiant une gouvernance élargie, sur la scène territoriale où acteurs de bords variés se départagent et agissent.

Les deux communications qui suivent permettent de centrer les débats sur l’application de la figure héroïque comme perspective analytique des acteurs, qu’ils soient habitants-citoyens ou élus politiques. Maxime Demade s’intéressera aux collectifs habitants qui militent contre le développement éolien et ceux qui le favorisent. Alexandra Boccarossa traitera le cas de la gestion durable des eaux en Bretagne, autour de la figure de l’élu local. Ces propositions permettent de dépeindre les portraits de ces personnages du quotidien, d’informer sur les outils qu’ils mobilisent et la manière dont ils peuvent être vus et reconnus comme de « nouveaux » héros, dans la perspective de leur territoire d’action.

Délai supplémentaire – Appel à communications – JG13 – Héros, mythes et espaces

Des idées mais le manque de temps ne vous a pas permis de soumettre
votre résumé dans les délais ?

Nous vous proposons 15 jours supplémentaires pour envoyer votre proposition à l’appel
à communications JG13 – Héros, mythes et espaces.
Ainsi, vous avez jusqu’au 26 avril 2015 pour faire parvenir votre document à l’adresse suivante : docgeo_bdx@yahoo.fr

Retrouvez l’intégralité de l’appel à communications sur Calenda et sur ce blog.

Conditions de l’appel à communication

Les questionnements étant très nombreux, l’appel à communication est volontairement non exhaustif. Le colloque est ouvert à toutes les disciplines intéressées par la question (géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, etc.). Nous attendons des communications sur des terrains variés, lointains ou non. Le comité scientifique attend des propositions structurées et problématisées.

La proposition comprendra un résumé de 3000 à 5000 signes (espaces, notes et bibliographie compris), cinq mots-clés, nom et prénom, section disciplinaire, laboratoire et université de rattachement, statut (master, doctorant ou jeune docteur), numéro de téléphone et e-mail. La proposition est à envoyer à docgeo_bdx@yahoo.fr dans un fichier pdf intitulé : « votre nom_jg13.pdf ».

Après acceptation par le comité scientifique, les propositions retenues feront l’objet d’une communication orale lors du colloque, qui aura lieu à la Maison des Suds, sur le campus bordelais, à Pessac. Le comité scientifique sélectionnera les articles pouvant faire l’objet d’une publication sur le blog Hypothèses de l’association (http://docgeo.hypotheses.org/).

Publication des Actes du colloque JG10 : Voyage

sur A3 - n° 10 le voyage- nov 2014

Les actes de la dixième édition du colloque organisé par DOC’GÉO sont parus dans les Cahiers d’ADESS.

Vous pourrez retrouver l’intégralité de la publication sur le site du laboratoire ADESS.

Colloque organisé par DOC’GÉO,
Bordeaux, 23 novembre 2012.

 

 

 

JG10 : Voyage : connaissances, perceptions et mobilités

 Introduction : Yann Calbérac (Université de Reims)

ATELIER 1 – LES DECOUVERTES, DE L’EXPLORATION A LA TRANSMISSION

Introduction : André-Frédéric HOYAUX (MCF en géographie, UMR 5185 ADES-CNRS, Université Bordeaux Montaigne)

♦ Pascale ARGOD : Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme
♦ Sidonie MARCHAL : Le voyage des frères Platter en Languedoc : une expérience patrimoniale de l’Antiquité ?
♦ Laura PEAUD : Des émotions du voyageur. A la construction d’une géographie du paysage : l’exemple des expéditions humboldtiennes

ATELIER 2 – LES MOTIVATIONS DU VOYAGEUR ENTRE FANTASMES ET REALITES

Introduction : Sébastien NAGELEISEIN (MCF en Géographie, UMR 5185 ADESCNRS, Université Bordeaux Montaigne)

♦ Pierre-Amiel GIRAUD : Le voyage de militants aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre : pèlerinage ou mission ? ♦ Annabelle CHARBONNIER : Trekkings et vécus touristiques dans l’Atlas marocain
♦ Etienne TOUREILLE : Les difficultés du voyage en Europe pour les étudiants turcs, quelles conséquences pour l’image de l’Europe ?

ATELIER 3 – DU SUPPORT DU VOYAGE AUX PRATIQUES TOURISTIQUES

Introduction Alain ESCADAFAL (Professeur des Universités en Aménagement de l’Espace et Urbanisme UMR 5185 ADES-CNRS Université Bordeaux Montaigne)

♦ Charlotte RUGGERI : La ligne à grande vitesse californienne : s’approprier une nouvelle infrastructure de transport afin de penser de nouvelles pratiques touristiques et urbaines
♦ Joseph RABIE : La représentation du pittoresque dans les cartes routières

CONCLUSION – « C’EST LE VOYAGE QUI VOUS FAIT, OU VOUS DEFAIT » Yann Calbérac

Appel à communications – JG13 – Héros, mythes et espaces

Voici l’appel à communications du prochain colloque organisé par DOC’GÉO.
Pour cette treizième édition les membres de l’association vous invitent à réfléchir autour de la figure héroïque, ses représentations et ses impacts socio-spatiaux.

Vous retrouverez prochainement l’appel à communication avec les conditions de participation sur Calenda ou sur le fichier PDF suivant : JG13 – Appel à communications – DOC’GEO .

Colloque organisé le jeudi 15 octobre 2015 sur le campus de Bordeaux Montaigne.

Héros, mythes et espaces
Quelle place du héros dans la construction des territoires ?

De Jeanne d’Arc à Jean Moulin, l’Histoire de l’humanité est parsemée de hautes figures ou de personnages illustres, ayant marqué leur temps par leur grandeur d’âme ou par l’accomplissement de grands exploits. Ces hommes et ces femmes, porteurs de systèmes de valeurs, se meuvent dans le temps et l’espace, traduisent et influencent les représentations socio-spatiales, et ne peuvent se départir des territoires dont ils sont issus et sur lesquels ils interviennent.

Si le terme de héros peut paraître générique, il recouvre, de toute évidence, de multiples facettes. Qu’il soit réel ou fictif, le héros se distingue du reste des hommes par ses actes de bravoure et ses mérites extraordinaires. Les héros de la Mythologie, puis les héros médiévaux des Légendes jusqu’aux aventuriers de la littérature moderne, nous permettent de tracer l’évolution des figures du héros jusqu’aux super-héros des fictions. Très connus du grand public grâce aux comics, souvent mis en film au cinéma, ces héros irréels portent en eux, tout comme leurs précurseurs, des références spatiales dans leurs aventures. Ces références sont autant de témoignages et de représentations contemporaines de l’auteur, que de l’influence du héros sur celles-ci.

Il convient cependant de ne pas restreindre le héros à l’image d’un surhomme, car si l’anti-héros témoigne, dans l’écriture qui est faite de lui, d’une dimension négative ou parfois cocasse, il fait bel et bien référence à une des facettes du héros. Ce personnage ne présente peu voire aucune caractéristique du héros conventionnel, mais pour autant il détient une place centrale dans le scénario et l’histoire d’un espace. Ce peut donc être un individu lambda menant une vie ordinaire dans un cadre tout aussi banal.
Après avoir rapidement dressé le portrait du héros, nous proposons quelques pistes de réflexion autour des problématiques socio-spatiales pouvant être soulevées par les figures héroïques.

I. La production des processus héroïques : l’héroïsation
Selon Joseph Campbell1, il apparaît que les héros mythiques détiennent une forme d’universalité dans leur construction1. Tous les héros suivent, au moins pour partie, un processus d’héroïsation, que l’auteur nomme le « monomythe ». Sorti de son ordinaire, ce voyage initiatique semé d’épreuves révèle la figure héroïque aux yeux des autres dans l’accomplissement d’une quête.
À partir de quel(s) moment(s) s’affirme(nt) la posture du héros ? Quel(s) élément(s) permette(nt) d’affirmer cette posture ? Le héros est-il choisi ou bien s’impose-t-il ? Dans quelle(s) mesure(s) le contexte historique et social prédispose-t-il à l’émergence d’un modèle héroïque ? Quel serait le contexte le plus favorable pour appréhender l’apparition d’un héros ou sa disparition ?
1 Campbell J, 1949, The Hero with a Thousand Faces, Pantheon Press.

II. L’interdépendance héros-territoire
Les héros naissent et vivent pour et par les sociétés. En ce sens, leur attache territoriale semble évidente. En réponse aux attentes sociétales, ils participent à la structuration et à la construction identitaire d’un espace. Leur influence s’entrevoit à différents niveaux, à la fois dans la construction de monuments à leur effigie et même jusque dans la manière de nommer les lieux. Pour preuve, la Place de l’Étoile rebaptisée Place Charles de Gaulle en 1970, ou encore la Place du parvis Notre-Dame devenue le parvis Notre-Dame – Place Jean-Paul II en 2006.
De quelle(s) manière(s) les héros agissent-ils sur l’espace ? Comment donnent-ils de la visibilité aux territoires ?
À l’opposé, le Soldat inconnu, mort anonyme représentant tous les soldats tués durant la Première guerre mondiale, nous amène à questionner l’existence probable de héros a-territoriaux.
Un héros peut-il être considéré sans territoire et pour autant avoir des impacts spatiaux ? Les héros pratiquent-ils l’espace géographique de la même manière que les êtres ordinaires ? Quelles différences peut-on faire dans l’approche spatiale des héros de fiction et celle des héros plus réels ?

III. Les échelles de la figure héroïque
La sphère médiatique révèle de nos jours plusieurs facettes du héros. Certains bénéficient d’une célébrité éphémère et circonscrite dans l’espace-temps qui les a vus naître. D’autres voient leur aura dépasser les limites de leur propre territoire, tandis que certaines personnes ne s’affirment pas en tant que héros, comme l’être ordinaire qui vit une expérience banale, alors qu’il peut tenir un rôle déterminant, notamment dans le processus des projets participatifs. Cette diversité de situations amène à questionner la valeur du statut héroïque à différentes échelles.
Existe-t-il une échelle de référence pour acquérir le statut de héros ? Comment fonctionne le jeu des échelles sur le statut de héros ? Est-il possible d’observer une nouvelle fabrique du héros en réponse aux attentes sociétales ?

IV. L’espace devient figure héroïque
Certains espaces peuvent être héroïsés au même titre que certaines hautes figures, sans pour autant que l’on connaisse dans le détail le nom de tous les individus. Les villages martyrs, comme Oradour-sur-Glane, ou les camps de concentration, comme Auschwitz, ou d’autres lieux de souffrance, en deviennent territoires de mémoire, symboles des affres de la guerre.
D’un autre point de vue, il est intéressant d’observer la suprématie du terrain pour les chercheurs, autour duquel toute réflexion porte et se structure. Loin de signifier que tout travail de recherche est initié par le choix du terrain, il n’en reste pas moins qu’il occupe une place prépondérante.
Comment l’héroïsation du terrain influence-t-elle le travail du chercheur ? Est-il possible d’observer une évolution dans la manière d’approcher le terrain dans un travail de recherche ?

V. L’influence des héros sur les pratiques spatiales
La prégnance de hautes figures ou de personnages illustres a profondément marqué certains territoires, au point d’être encore célébrés régulièrement dans des lieux spécifiques et en entrainant des périples ou des voyages sur leurs traces. Les pèlerinages marquent le culte et la dévotion portés à ces personnages. Ce peut être également le cas de territoires foulés par des personnages fictifs, ce qui entraîne des voyages pour la découverte de ces espaces idéalisés.
Sur quelles bases ces itinéraires se fondent-ils ? Le héros a-t-il une action réelle sur ces pratiques ? Quels en sont les principaux instigateurs et quels sont leurs buts ?

VI. La (ou les) figure(s) singulière(s) du héros
Si le héros se distingue des autres par sa force et son courage au travers des épreuves qu’il traverse : qu’en est-il des figures singulières du héros, comme par exemple les sportifs ? Les Unes de journaux les proclament comme des héros sportifs, le sont-ils vraiment ? N’assistons-nous pas à une évolution de la définition du héros, dont les athlètes et les sportifs n’en seraient qu’une facette ? Dans cette optique, se pose la question des temporalités. La recherche perpétuelle de records les amène à dépasser leurs limites afin de réaliser ce qui apparait aux autres comme inatteignable. Mais la quête de records et des scores personnels peut s’arrêter tout à coup au profit d’un autre, plus fort et plus rapide.
Comment se transmet le flambeau du héros ? Ces héros singuliers du vivant, perdurent-ils ou sont-ils éphémères ? Quels peuvent être les impacts sociaux, spatiaux et temporels de ces héros ?

Conditions de l’appel à communication

Les questionnements étant très nombreux, l’appel à communication est volontairement non exhaustif. Le colloque est ouvert à toutes les disciplines intéressées par la question (géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, etc.). Nous attendons des communications sur des terrains variés, lointains ou non. Le comité scientifique attend des propositions structurées et problématisées.

La proposition comprendra un résumé de 3000 à 5000 signes (espaces, notes et bibliographie compris), cinq mots-clés, nom et prénom, section disciplinaire, laboratoire et université de rattachement, statut (master, doctorant ou jeune docteur), numéro de téléphone et e-mail. La proposition est à envoyer à docgeo_bdx@yahoo.fr dans un fichier pdf intitulé : « votre nom_jg13.pdf ».

Après acceptation par le comité scientifique, les propositions retenues feront l’objet d’une communication orale lors du colloque, qui aura lieu à la Maison des Suds, sur le campus bordelais, à Pessac. Le comité scientifique sélectionnera les articles pouvant faire l’objet d’une publication sur le blog Hypothèses de l’association (http://docgeo.hypotheses.org/).

Calendrier

Retour des propositions : 12 avril 2015 : docgeo_bdx@yahoo.fr
Acceptation du comité scientifique : 15 mai 2015
Retour des articles complets (30 000 signes) : 12 septembre 2015
Colloque : jeudi 15 octobre 2015 sur le campus de Bordeaux

Publication des Actes du colloque JG08 – Villes et Imaginaires : du rêve au cauchemar

afficheJG08

Les actes de la huitième édition du colloque organisé par DOC’GEO sont parus dans les Cahiers d’ADESS.

Vous pourrez retrouver l’intégralité de la publication sur le site du laboratoire ADESS.

Villes et Imaginaires : du rêve au cauchemar
Colloque organisé par DOC’GEO,
Bordeaux, 22 et 23 avril 2010.

SOMMAIRE

Introduction : Jean-Pierre Augustin

ATELIER 1 : L’imaginaire urbain dans la littérature
– Mike the PoeT ou ce que signifie être vivant à Los Angeles. Charles JOSEPH
– Ville rêvée, ville cauchemardée, villes imaginaires : l’utopie géographique dans les cinq cent millions de la Bégum (1879) de Jules Verne. Lionel DUPUY
– Villes et imaginaires : aménagements et modèles urbains dans les mangas. David AMIAUD

ATELIER 2 : La ville rêvée des aménageurs
– Saint-Brieuc rêve de rénovation. La dimension cachée d’une ville en renouvellement. Solène GAUDIN et Martine CANDELIER-CABON
– Le campus à la française, une utopie fonctionnaliste ? Le cas du campus bordelais. Marie CROSNIER
– Les grands ensembles : de la ville moderne à la ville durable. Amar BENSALMA

ATELIER 3 : Ville et ruptures. I – La ville dans les processus identitaires
– Bruxelles et la Belgique : parenthèse ou trait d’union ? Marion BERZIN
– À Dresde, le rêve se conjugue au passé. La difficulté de Dresde pour redéfinir son identité lue à travers l’art public. Chloë VOISIN

ATELIER 4 : Ville et ruptures. II – Les multiples visages des marges de la ville
– Les mises en lumière de la nuit urbaine. Sandra MALLET
– Les nuits sombres de Casa la Blanche. Olivia POUSSOT
– Du jardin d’Eden à la continuité naturelle : chemin d’un imaginaire de désenchantement ? Etienne GRESILLON et Teddy ARRIF

Conclusion : Karen FOUSSETTE

Publication des Actes du colloque JG09 – Vivre et Habiter

Vivre_et_habiter_01

 

Les actes de la neuvième édition du colloque organisé par DOC’GEO sont parus dans les Cahiers d’ADESS.
Vous pourrez retrouver l’intégralité de
la publication sur le site du laboratoire ADESS.

 

Vivre et Habiter
Colloque organisé par DOC’GEO, Bordeaux,
25 novembre 2011

SOMMAIRE
Introduction : Guy Di Méo ( Pr en géographie, UMR 5185 ADESS-CNRS, Université Bordeaux Montaigne)

ATELIER 1 – GRANDS ENSEMBLES D’ICI ET D’AILLEURS : HERITAGES ET PERSPECTIVES
Introduction : Mayté BANZO (MCF en géographie, UMR 5185 ADESS-CNRS, Université Bordeaux Montaigne)
♦ Aurélie HERVOUET : Espace à habiter/espace habité, quelles signfications et quelles valeurs pour les acteurs du logement ?
♦ Aurore MEYFROIDT : Habiter les grands ensembles de métropoles en transition : le cas de Berlin et Bratislava

ATELIER 2 – AU-DELÀ DE L’ARCHITECTURE DE L’HABITAT, UNE TRANSFORMATION URBAINE ET SOCIALE
Introduction : Thierry JEANMONOD (Architecte DPLG, Urbaniste, MC Ensap Bx, UMR 5185 ADESS-CNRS, Université Bordeaux Montaigne)
♦ Inès CASTALDO : Le quartier Mazarin d’Aix-en-Provence : mutations de l’habitat urbain et art de vivre aux XVIIe et XVIIIe siècles
♦ Julie BOUSTINGORRY : L’expérience des Castors de Pessac : le temps des pionniers

ATELIER 3 – DES PRATIQUES SPATIALES ENTRE LIBERTÉ ET CONTRAINTE
Introduction : Marie CROSNIER (Doctorante en Urbanisme, UMR 5185 ADESS-CNRS Université Bordeaux Montaigne)
♦ Mathilde BIGO : Les pratiques des femmes âgées sur les promenades balnéaires : quand habiter la ville rime avec citadinité
♦ Noémie RAPEGNO : L’habiter des adultes handicapés vivant en établissement médico-social

CONCLUSION : Cécilia COMELLI (Doctorante en géographie, UMR 5185 ADESS-CNRS Université Bordeaux Montaigne) & Marie CROSNIER (Doctorante en Urbanisme, UMR 5185 ADESS-CNRS Université Bordeaux Montaigne)

Dégustation Slow Food

Lundi 06 octobre, nous avons poursuivi le cycle de manifestations relatif au colloque « L’Homme pressé » avec une conférence Slow Food. Cette activité, financée par le FSDIE de l’université Bordeaux Montaigne, nous a permis d’inviter Paul Le Mens, ingénieur en science des aliments. Ce dernier nous a proposé une conférence ainsi qu’une dégustation autour du pain, ou plus exactement des pains.

Paul Le Mens a introduit son intervention en revenant sur les sens en action au cours d’une dégustation. Détaillant au fur et à mesure ce processus sensoriel, les participants ont pu apprécier, en faisant appel à leur imaginaire, chaque étape : du moment où l’on achète sa baguette chez le boulanger, alléché par l’odeur chaude du pain sortant du four, à celui où l’on coupe la croute dorée et craquante et enfin, à l’instant où l’on porte un morceau à la bouche. Paul Le Mens a su, grâce à de nombreuses métaphores et quelques traits d’humour, permettre à chacun d’en apprendre davantage sur les mécanismes physiologiques entrant en jeu dans la pratique de la dégustation et sur la manière d’apprécier le pain, cet « ami oublié ».

Image 1 Public &P.LeMensImage 2 Public &P.LeMens

S’en est suivie une dégustation où chacun a pu faire part de ses ressentis olfactifs et gustatifs selon les différents pains présentés : avec levure ou au levain, au petit épeautre, au seigle ou encore au blé. Qu’il nous rappelle le papier, le miel, les fruits secs voire la paille, une chose se confirme: le pain, cet aliment des plus courants, dispose d’un potentiel mémoriel fort allant pour certain s’apparenter à leur madeleine de Proust.

Une chose est sûre, pour saisir ses arômes, il faut avant tout, en plus de s’entraîner à l’exercice, savoir prendre le temps de déguster.

Image 3 Dégustation Public & P.LeMens

Nous remercions Paul Le Mens d’avoir participé à cet évènement et d’avoir su s’inscrire dans l’esprit « slow » des manifestations liées au colloque en proposant une conférence pleine d’intérêt et conviviale.

Café Géo : Le chercheur pressé

Venez discuter et réfléchir autour d’une espèce bien particulière d’homme pressé :
le chercheur.

Mathieu VAN CRIEKINGEN, membre de L’Atelier des Chercheurs (LAC) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), viendra notamment  nous expliquer pourquoi, contre les incitations et pressions institutionnelles, il prône une désexcellence des universités.

Rendez-vous à 20h, à La soupe au caillou, le jeudi 9 octobre 2014.

Affiche Café Géo JG12

Dégustation Slow Food – Colloque « L’Homme pressé »

Image

Affiche Slow FoodA l’occasion de son douzième colloque, intitulé « L’Homme pressé: impacts et paradoxes socio-spatiaux », l’association Doc’Géo propose une conférence ainsi qu’une dégustation sur la thématique du Slow Food.

Initiation au savoir de la dégustation animée par Paul Le Mens, ingénieur en science des aliments. Un temps pour ravir vos sens tout en enrichissant vos connaissances sur l’art et la manière d‘expérimenter
le mouvement Slow Food.

Pour en savoir plus :
Slow Food France
Slow Food Bordeaux

 

L’Homme pressé : Impacts et paradoxes socio-spatiaux – Colloque et événements

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

A l’occasion de son 12ème colloque, l’association Doc’Géo organise un ensemble d’évènements en relation avec le thème principal : « L’Homme pressé : Impacts et paradoxes socio-spatiaux ». En voici le récapitulatif ainsi que l’affiche principale du colloque.

Siestes musicales

Image

Affiche Siestes Musicales

Affiche Siestes Musicales

Venez participer les
23 septembre, 07 octobre, 06 novembre et 11 décembre,
aux siestes musicales proposées par Doc’Géo
à l’occasion de son colloque
« L’Homme pressé : Impacts et paradoxes socio-spatiaux ».

Rendez-vous à la Maison des Etudiants,
à l’Université Bordeaux Montaigne,

à partir de 12h30.

 

Programme du douzième colloque Doc’Géo

L’homme pressé : impacts et paradoxes socio-spatiaux

Voici le programme du douzième colloque de Doc’Géo, que vous pourrez retrouver également en cliquant sur le lien suivant : http://calenda.org/297134

Présentation

Les 9 et 10 octobre 2014, Doc’Géo, association bordelaise des doctorants et masters en sciences de l’espace et du territoire, organise son douzième colloque en partenariat avec l’UMR 5185 ADESS (CNRS), le Département de géographie de l’université Bordeaux Montaigne et l’Université Bordeaux Montaigne. Ces journées de recherche, ouvertes en priorité aux masters, doctorants et jeunes docteurs de toutes disciplines, sont l’occasion de discuter autour d’un thème original entre jeunes chercheurs. Cette édition portera son attention sur le couple conceptuel rapidité / lenteur.  Sandra Mallet (Maître de conférences Géographe-Urbaniste,Université de Reims Champagne Ardenne) en sera l’invitée. Le colloque sera composé de trois ateliers :

  • Rien ne sert de rouler, il faut partir à pied ?
  • Le temps comme ressource stratégique. Entre projets et politiques ;
  • Objets numériques : vecteurs d’accélération ?

Programme

Jeudi 9 octobre

13h30 – Accueil des participants

  • 14h00 – Discours d’ouverture Pierre-Amiel GIRAUD (Président de Doc’Géo, Doctorant en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)
  • 14h15 – L’expérience du temps Marie CROSNIER (doctorante en urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

14h20 – Invitée: réflexion autour de la vitesse et des temporalités dans la recherche Sandra MALLET (maître de conférences en urbanisme, Institut d’Aménagement des Territoires, d’Environnement et d’Urbanisme de l’Université de Reims (IATEUR), Université de Reims Champagne-Ardenne) 15h00 – Introduction

  • Mireille DIESTCHY (doctorante en sociologie, UMR 5141 LTCI, Télécom ParisTech) Le slow en actes : critiques, tensions et résistances.

15h40 – Pause

16h00 – Atelier : rien ne sert de rouler, il faut partir à pied ?

Animateur : André-Frédéric HOYAUX (maître de conférences en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (16h00) Étienne FAUGIER (post-doctorant en histoire, Institut d’histoire, Université de Neuchâtel) La vitesse n’est que lenteur : l’exemple de l’automobilisme.
  • (16h30) Elena PENNEC (doctorante en sociologie, UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais de Tours) L’articulation des temporalités aux rythmes constatés : l’exemple de la pratique de la marche lors des déplacements domicile-travail.

17h00 – Discussions

Vendredi 10 octobre

09h00 – Accueil des participants

09h30 – Atelier : le temps comme ressource stratégique. Entre projets et politiques

Animateur : Maurice GOZE (professeur des universités en aménagement de l’espace et urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (09h30) Jean GROSBELLET (doctorant en aménagement de l’espace et urbanisme, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne) Vers la « ville citron », reflet d’un urbanisme pressé.
  • (10h00) Gabriel GONZALEZ (doctorant en architecture et sciences de la ville, LaSUR, École Polytechnique Fédérale de Lausanne) L’attente : Levier d’action ou otage du paradoxe des valeurs socio-spatiales.

10h30 – Pause

  • (11h00) Déborah CORRÈGES (docteure en anthropologie sociale et culturelle, UMR 8171 – IMAF, EHESS) Les temps du politique au prisme de la mondialisation : le rythme de Madagascar en réponse à la cadence imposée des bailleurs de fonds mondiaux.
  • (11h30) Chris BEYER (doctorant en géographie, EA 2252 RURALITES, Université de Poitiers) Les politiques temporelles : réponses au délitement des rythmes sociaux ?

12h00 – Discussions 12h30 – Repas

14h00 – Atelier : objets numériques : vecteurs d’accélération ?

Animateur : Marina DUFÉAL (maître de conférences en géographie, UMR 5185 ADESS, Université Bordeaux Montaigne)

  • (14h00) Bouchra DAOUDI (doctorante en sciences politiques, UMR 5194 PACTE, Sciences Po Grenoble, Université Grenoble Alpes) De l’urne traditionnelle à l’urne électronique : ce que les machines à voter font de l’espace temporel électoral.
  • (14h30) Denis TRAUCHESSEC (doctorant en géographie, UMR 6590 ESO, Université d’Angers) « Tu bouges ou tu reçois ? » Sur l’efficacité des applications de rencontre entre hommes comme outil de la mobilité.
  • (15h00) Pauline GAUDIN (doctorante en arts, EA 3204ACCRA, Université de Strasbourg) Mobilité : l’artiste qui voyage et expérimente le réel.

15h30 – Discussions 16h00 – Pause 16h30 – Annonce des lauréats du concours photo

  • 16h45 – Conclusion du colloque par l’invitée, Sandra MALLET

 

12E JOURNÉE DOC’GÉO – L’HOMME PRESSÉ : IMPACTS ET PARADOXES SOCIO-SPATIAUX

COLLOQUE ORGANISÉ LES 09 ET 10 OCTOBRE 2014 SUR LE CAMPUS DE BORDEAUX

 Accélération des modes de vie, de travail, de rencontre, et même de détente ou de penser : c’est de toutes les sphères de la société que la culture de la vitesse semble s’être emparée. En contrepoint à cet avènement de la rapidité, émerge un désir de ralentir. Ce qui nous intéresse dans ce prochain colloque, c’est de tenir ensemble ce couple conceptuel rapidité/lenteur, et non pas d’opposer les deux termes : comment ces deux rythmes peuvent-ils s’articuler ?

Lire la suite