Introduction générale

Introduction générale

 

Aymeric LANDOT
Doctorant en histoire médiévale
Laboratoire Agora – Université de Cergy-Pontoise
aymeric.landot@gmail.com

 

Landot A., 2016, Introduction générale JG13 (.pdf)

Les héros sont nombreux dans les histoires, les romans et leurs exploits fleurissent dans les lignes des manuels scolaires et dans les récits épiques. Ils incarnent souvent l’histoire en marche, l’histoire individualisée, qui permet aux élèves de saisir un évènement et d’identifier plus facilement les faits racontés. C’est donc sous le signe du héros et du récit sur le héros, le mythe, que cette journée s’est installée. Parce que les exemples héroïques sont innombrables, il faut d’abord interroger les concepts. Par définition, le héros a trait à l’héroïque, voire à l’épique. Qu’est-ce que l’épique ? Si l’on se réfère au sens strict, l’épique, c’est le souffle d’un grand poème, qui figure les exploits de personnages marquants et souvent fondateurs. On peut penser à Gilgamesh, à Achille dans l’Iliade ou aux bogatyrs russes.

Parce qu’il est censé accomplir des exploits exceptionnels, le héros, c’est tout d’abord celui qui démontre des qualités personnelles extraordinaires, des capacités presque surhumaines qui le singularisent parmi la multitude. Le héros est donc avant tout affaire de distinction. C’est pourquoi le héros n’existe pas sans public, sans un récit et un discours qui l’érigent en tant que tel, qui attachent l’héroïsme à son identité, qu’on pense seulement aux épithètes homériques, où Ulysse est nécessairement « aux mille tours ». Le héros et l’héroïsme ont donc trait à un discours, à une distinction par autrui et par un public. Pour les étudier, il faudra donc autant se pencher sur les actes du héros que sur les récits de ses exploits, qui, on le devine déjà, déploient des trésors discursifs pour le légitimer. À prendre encore du recul avec le concept, on doit aussi appréhender la manière dont le héros s’insère dans un système de valeurs qui en dit long sur la société qui le génère. Héros de combat, héros de résistance, anti-héros et héros anticonformiste, ils donnent tous un aperçu des valeurs véhiculées par une société. Ces valeurs sont, bien sûr, ancrées historiquement, socialement et culturellement. Le héros apparait donc comme un sujet parfaitement légitime et digne d’intérêt pour les sciences humaines et sociales.

Le héros n’est pas un individu ordinaire. Par définition, il possède comme un surplus d’homme, qui le sort du commun. Extraordinaire, même quand il est héros du quotidien, parce que justement il s’en extrait. Cette a-normalité positive, il la puise dans les exploits, où le sacrificiel le dispute au sacré, où « le puissant désir du martyre »[1] se mêle à la manifestation grandiloquente de ses qualités intrinsèques. Autrement dit, l’exploit légitime le héros comme le miracle confirme le Saint. Cette action extraordinaire est en dehors de l’ordinaire champ des possibles humains. Il comporte un risque pour le héros, celui d’y mourir, qui imprime une dimension d’absolu à sa personne et renforce encore ses qualités héroïques. Plus le danger est important, plus le héros en sortira grandi, même s’il en meurt. Plus que ses congénères, piégé dans le flot des divertissements de l’existence, le héros n’est autre que celui qui fait face à sa mortalité. Et c’est pour cela justement qu’il dépasse sa condition mortelle. Parce qu’il prend un risque extraordinaire au risque de se perdre, il se sauve lui-même et accède à un temps différent. Achille, le combattant émérite à la bravoure insurpassée, sait qu’il va mourir à Troie. Mais il sait aussi que par cela, il va accéder au rang de héros immortel, survivant dans les récits des aèdes. En ce sens, le héros marque l’histoire et la mémoire. Il imprègne les discours jusqu’à devenir lui-même un référent culturel, qui outrepasse sa singulière existence pour acquérir, par ce statut, force de symbole et se muer en emblème culturel. C’est, à son faîte, le cas du super-héros américain. Parce qu’il est lié à un récit, il s’inscrit à son tour dans une mythologie, narration légitimante. C’est pourquoi il y a chaque fois que l’on s’arrête sur des faits héroïques, un suspense, un aspect narratif, presque romanesque. Ce récit porte un discours idéologique, porteur de valeurs culturelles propres au système qui construit le héros. À la charge du chercheur de le déconstruire pour mieux le comprendre.

Dans les mythes dont il est l’origine, le héros, qui est encore un homme, est ancré dans un espace. Ainsi dans les Métamorphoses d’Ovide, les mythes étiologiques définissent les origines du monde par un récit héroïque. C’est le cas par exemple avec Narcisse ou Adonis, dont les amours avec Aphrodite (puis sa mort) expliquent la naissance de l’anémone. La déesse, effondrée de chagrin, transforme le sang de son aimé en anémone, comme un ultime témoignage de sa douleur et de son amour. Le cosmos, l’origine de la flore, de la faune et des fêtes est justifiée par l’existence du héros. Il a façonné, par ses actes et par sa nature transcendantale, l’univers des hommes tel qu’ils le connaissent. Plus encore, le récit de ses exploits, comme c’est le cas d’Adonis, explique le monde aux hommes. Héros par ses exploits, héros aussi parce qu’il étanche la soif de structure des hommes confrontés à l’inexpliqué. Le héros est source de compréhension de l’espace, car il est connecté à lui, il en découle, le traverse. La plupart des Mythologies de Barthes sont connectées à l’espace, et particulièrement à l’espace français. Qu’ils s’agissent du Tour de France, du steak-frite ou d’autres articles de ce recueil, il y a comme une évidence spatiale du mythe. Peut-être parce qu’il en est le cadre de déploiement. Barthes disait d’ailleurs du héros qu’il était un discours, du mythe et de la mythologie qu’ils étaient une parole. On pourrait ajouter qu’il ne saurait y avoir de mythe sans espace.

Il n’est pas question d’évoquer l’ethos héroïque, ni de palabrer sur ce qui rend un acte héroïque ou non, encore moins sur ce qui fait l’héroïque. Il faut cependant rappeler que l’héroïsme est une affaire de point de vue, de valeurs culturelles et de référents historiques. En s’arrêtant sur le héros au cours de cette journée, on se rendra compte que le héros n’est pas simplement un acteur hors du commun, un individu extraordinaire, qui pourrait être abstrait de l’univers dans lequel il est émergé. Il appartient à un temps et à un espace spécifique. De ce fait, il faut déconstruire la figure du héros pour comprendre le point de vue qui le façonne et parfois, aussi, l’instrumentalise. Le héros est souvent perçu comme une personnalité à part, il tient souvent du grand homme. Très justement, les études historiques sont émaillées du récit de ces héros-grands hommes. Et si le héros est plongé dans un temps historique, il est aussi plongé dans un espace. Ce n’est pas un personnage an-historique ni a-spatial. Il est le produit d’un espace qu’il participe lui-même à recomposer par le biais de multiples données et marqueurs. Le héros occupe un espace de discours, un espace culturel et un espace social. Dépendant d’une époque, il est pris dans un étau spatial qui participe à sa construction complexe : la construction de son ethos héroïque, la construction de sa visibilité et de sa publicité, la construction de son enracinement et de son émergence. Car l’héroïsme, on l’a vu, est autant affaire d’action que de reconnaissance : des exploits himalayens aux monuments inscrits dans l’espace public, l’héroïsme est pluridimensionnel. C’est ici une trilogie spatiale de l’héroïsme qui s’esquisse : des espaces multiples où les héros émergent, agissent et sont reconnus. Par ce biais, il est possible d’appréhender à quel point le héros est plongé dans un univers social et culturel. Ce lien qui unit héros et espace repose sur un rapport de réciprocité systémique, plus complexe qu’un rapport de cause à effet, qui permet de développer l’idée d’un héroïsme spatialisé.

Le héros et l’espace sont donc indissociables, parce qu’ils sont au cœur d’un système où les notions de distinction, de reconnaissance et de légitimité sont très fortes. Ces notions sont éminemment spatiales, ainsi que l’ont déjà fortement et classiquement souligné Les lieux de mémoire de Pierre Nora. Car la légitimité ne signifie rien si elle n’a pas de référent spatial. Le héros crée des territoires, parce qu’il participe à la construction d’un espace commun par ceux qui le reconnaissent, parce qu’il concentre aussi des valeurs identitaires sur un sol. Autrement dit, le héros constitue un creuset de valeurs identitaires et culturelles, parfois instrumentalisées à des fins politiques. Le mythe de Jeanne d’Arc par exemple, porteur de valeurs patriotiques et républicaines dans les années 1870-1880, finit par glisser dans une dérive nationaliste instrumentalisée par les mouvements d’extrême-droite, précurseur des ligues de l’Entre-deux-guerres.

En travaillant sur le média bande dessinée, j’ai été amené à la concevoir comme un espace mythologique[2], mais mon travail universitaire m’amène à envisager le héros sous une autre forme et questionner davantage la position de l’individu. Mon travail de thèse[3] porte sur une famille noble lorraine de la fin du Moyen-Âge, marquée par trois personnages, dont un officier, qui a côtoyé Jeanne d’Arc, Robert de Baudricourt. J’analyse ce personnage dans la trajectoire d’un officier royal du XVe siècle en position de frontière. Ce qui est intéressant, c’est que l’on passe à côté de lui sans le voir. C’est un illustre inconnu, illustre pour avoir côtoyé Jeanne d’Arc, inconnu parce qu’il a laissé le nom d’une rue en France, et pourtant sa vie n’est pas dénuée d’intérêt. Le travail biographique sur Robert de Baudricourt, cet officier un peu remuant, un peu rustaud, intelligent stratège, ne peut se comprendre sans le prisme spatial. Parce qu’il se trouve dans une région de frontière, parce qu’il tient une des dernières places delphinales dans la région, parce qu’il sert aussi de lien et de mise en contact entre le Dauphin et ses réseaux lorrains, toute son action ne peut être comprise sans passer par l’espace. Robert de Baudricourt, c’est celui qui, dans la famille se trouve en position de bascule dans la position sociale des Baudricourt entre le milieu du XIVe et le début du XVIe siècle. C’est en partie par lui que s’opèrent l’intégration de la famille et sa promotion sociale.

Mon travail de thèse me fait ainsi jouer sur plusieurs tableaux : parce que chacun des individus porte des aspirations singulières mais déploie également des stratégies matrimoniales, foncières et patrimoniales communes et récurrentes. Je suis amené à étudier la famille et les processus mis en œuvre sur un temps relativement long (c’est-à-dire sur trois générations) mais je me penche aussi sur chacun des parcours individuels à l’échelle d’une vie. C’est qu’il faut sans cesse jongler entre l’individuel et le familial, entre le temps court d’une vie et celui, plus long, d’une famille. Mais cela ne peut se faire sans approche spatiale : parce que les Baudricourt ont un patrimoine foncier, parce qu’ils sont aussi de plus en plus mobiles, parce qu’ils ont eux-mêmes une représentation de leur espace familial qui oriente leurs stratégies patrimoniales, parce qu’enfin la Lorraine des XIVe et XVe siècles est un espace aux particularités fortes (éloignement du pouvoir royal, position de frontière, permanence de guerres privées) mais qui connait aussi de profondes recompositions (face à la Bourgogne et au pouvoir ducal lorrain justement).

C’est une position analogue qu’on peut adopter en considérant les héros, leurs mythes et leurs espaces, une alternance habile entre la plongée vers l’individu et le recul distancié. Surtout, mon sujet ne cesse de faire jouer les espaces et la manière dont les acteurs jouent avec eux : ils en profitent, les subissent, les traversent et ainsi les recomposent sans cesse. C’est pour cette raison que l’étude du héros, comme porteur de valeurs, objet d’instrumentalisations politiques et initiateur de mythologies, ne peut se faire sans passer par une analyse fine de l’espace. C’est la force de l’histoire et de la géographie que de mettre en exergue cette dualité : s’ils sont plongés dans un temps, tout acteur se trouve aussi ancré dans un espace.

Cette journée, dont je suis l’heureux et l’honoré invité vise à souligner le lien de réciprocité qui existe entre le héros et ses espaces, car le héros est intimement lié à un territoire, sur lequel il laisse sa trace et qu’il influence, parce que les hommes qui l’occupent l’érigent en un mythe performatif.

 

Bibliographie

BARTHES R., 1970, Mythologies, Paris, Éd. du Seuil, 272 p.
NORA P. (dir.), 1997, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 vol., 4751 p.
OVIDE, 1992, Les Métamorphoses, éd. Jean-Pierre Néraudau, Paris, Gallimard, 640 p.
SAINT-OUEN, 1961, Vie de Saint-Éloi, livre II, MGH, Scriptores Rerum Merovingicarum, t. V, pp. 695-699.

[1] Saint-Ouen, 1961, Vie de Saint-Éloi, livre II, MGH, Scriptores Rerum Merovingicarum, t. V, pp. 695-699.
[2] Voir le compte-rendu du Café Géo qui s’est déroulé la veille du colloque.
[3] Résumé de la thèse : http://www.theses.fr/s117932

Atelier 1 – Figurations héroïques et enjeux mémoriels du territoire

Introduction

 

Pierre-Louis BALLOT
Doctorant en Géographie
UMR 5194 Pacte, Université Grenoble Alpes
pierrelouis.ballot@hotmail.fr

 

Ballot P.-L., 2016, Atelier 1 Introduction JG13 (.pdf)

L’Histoire regorge de nombreux personnages, qui, au fil des siècles, se sont démarqués du reste des individus par leur grandeur d’âme ou l’accomplissement d’actes de bravoure. Plusieurs d’entre eux auraient suivi un parcours de vie spécifique et détiendraient en eux une forme d’universalité, qui leurs permettraient de prétendre au statut envié de héros.

Les quatre textes de cet atelier font référence à ce processus. Ils permettent aussi de mettre en évidence les enjeux mémoriels qui se développent autour de figures illustres. Leurs auteur(e)s cherchent à montrer en quoi des femmes et des hommes sont érigés en héros au cours de l’Histoire.

Trois  textes  traitent  de  cette  double  construction  autour  de  personnages  singuliers. Ange-Toussaint Pietrera proposera de comparer les itinéraires d’héroïsation de deux figures corses, Sampiero Corso, chef d’armée, et Pascal Paoli, homme politique et amiral. Alexandra Laliberté de Gagné se penchera sur les traces du prince valaque Michel le Brave, laissées dans les chroniques grecques. Thi Hong Ha Hoang suivra le parcours guerrier du général vietnamien Trần Hưng Đạo. Ces propositions s’attacheront à souligner les faits qui ont construit le processus d’héroïsation et de mémoire autour de ces personnages, tout en mettant en lumière les mécanismes mis en œuvre dans cette construction et les effets contextuels liés à chaque époque.

En portant son regard sur les monuments aux morts français, Franck David réinterrogera les impacts spatiaux de la construction mémorielle du Héros de la Grande Guerre et de son culte. L’auteur montrera comment ces monuments agissent comme des marqueurs de mémoire, devenant eux-mêmes au cours du temps et des commémorations, de véritables figures héroïques, entraînant des conséquences sur l’aménagement de l’espace et les pratiques qui s’y déroulent.

À la lecture de ces quatre textes, deux pistes principales se dégagent :

  1. Bien qu’il s’agisse de temporalités et d’espaces différents (XVIe et XVIIe siècles dans les Balkans, XVIe et XVIIIe siècles en Corse, XXe siècle à nos jours en France et au Vietnam), des processus et des enjeux similaires apparaissent dans chaque contexte étudié.
  2. Le processus d’héroïsation et de construction mémorielle s’inscrit toujours dans un contexte historique, culturel et spatial donné. De ce fait, les acteurs qui y participent ne sont jamais totalement empreints de neutralité.

Introduction générale

Introduction Générale

Etienne GRESILLON
Maître de conférences
Université Paris-Diderot et UMR 7533 Ladyss
etienne.gresillon@wanadoo.fr

 

Lors de la onzième édition des journées de la géographie – organisées annuellement par l’association Doc’Géo – et qui s’est tenue le 4 octobre 2013 sous l’égide du laboratoire ADESS, les intervenants ont exposé des travaux scientifiques sur le dialogue entre l’environnement et la gouvernance. Ce numéro rassemble les communications de cinq jeunes chercheurs avec des entrées très variées (ressource, biodiversité, vulnérabilité, savoir locaux), et de multiples territoires. La richesse et la diversité des interventions témoignent de la pertinence du thème.

Depuis la fin du XXème siècle les enjeux environnementaux apparaissent de plus en plus comme des affaires publiques qui regardent autant les citoyens que les gestionnaires. Une grande partie des organismes internationaux, des états et des organismes non gouvernementaux (WWF, Greenpeace) comme des communautés locales assoient leur légitimité sur des questions environnementales. Ils appellent à promouvoir le développement durable (le sommet de la Terre à Rio de Janeiro, 1992), à intervenir sur la protection de la biodiversité (Man and Biosphère, 1971 ; Sommet de Johannesburg, 2002), à limiter le réchauffement climatique (Protocole de Kyoto, 2006, COP 21). Cet appétit international se décline également dans les entreprises avec les RSE (responsabilités sociales des entreprises).

La politisation de l’environnement s’associe avec des dispositifs de prise de décision qui se veulent plus collaboratifs, co-construits entre les parties concernées, dispositifs réunis sous le vocable de gouvernance. Cette pratique de régulation sociale et politique a été d’abord développée pour le secteur privé : il s’agissait d’étudier les acteurs impliqués dans les actions menées par les entreprises. Cette gouvernance percole ensuite dans la volonté libérale du New Public Management qui cherche à réduire la place et le pouvoir des états dans la gestion des biens publics (Pierre et Peter, 2000 ; Senn 2010). Comme l’écrit John Crowley la gouvernance conserve encore aujourd’hui « l’intention d’abattre le privilège politique de l’État. » (Crowley, 2003, p. 52). Face à cette charge, pour trouver une nouvelle légitimité sociale ainsi qu’économique, les pouvoirs publics vont ensuite mobiliser la gouvernance pour redéfinir leurs politiques publiques. En même temps, le cadre de la gouvernance s’élargit à des échelles de gouvernance macro (Finkelstein, 1995) et micro (Jouve, 2003) et les acteurs intervenant dans le processus de décision se multiplient (Rosenau et Czempiel, 1992).

Comment ce terme d’environnement, qui signifie « ce qui entoure l’homme », est devenu aussi central ? Le mot dégage tout d’abord une nouvelle manière de concevoir le monde. L’environnement casse les frontières théoriques entre l’homme et son milieu. Il permet d’associer dans une même analyse l’humanité et la terre. D’un point de vue disciplinaire, l’environnement ouvre la voie à un dialogue entre des disciplines relatives au milieu physique (sciences du vivant, géologie) et les humanités (anthropologie, sociologie, histoire, économie). Dans ce croisement la géographie se trouve dans un terrain auquel elle est accoutumée, comme en témoigne l’importance du nombre de géographes participant à la journée (8 communicants sur 10). L’environnement permet également de dépasser des sujets monoscalaires pour aborder les questions écologiques ou sociales avec des méthodes multi et inter-échelles. L’environnement habilite ainsi l’analyse de la terre comme un système dans lequel les questions politiques, sociales, écologiques, locales et globales sont abordées de manière concomitante. Les travaux des intervenants ont montré cette imbrication des échelles et des données socio-écologiques dans les questions environnementales.

Le premier article porte sur la vulnérabilité des populations rurales face aux changements globaux. Pour cela, l’auteure (Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed) analyse les interactions entre les habitants et les ressources hydriques. Pour ce faire, Bénédicte Veyrac-Ben Ahmed étudie dans le bassin versant du Lemboulas la vulnérabilité des exploitations agricoles qui dépendent d’une eau d’irrigation qui se tarie. Elle tente par son analyse systémique de trouver des solutions pour une meilleure gestion de l’eau. Les auteurs suivants se positionnent dans le champ de la décision. Ils cherchent à offrir des réponses pour une meilleure gestion des ressources. Julien Batisse s’est intéressé à la gouvernance des ressources dans l’espace urbain, en menant un travail de recherche-action dans l’entreprise régionale Lyonnaise des Eaux Bordeaux-Guyenne. Il cherche à intégrer l’usager comme « un acteur de la gouvernance », à renouveler « des logiques d’innovation de développement économique pour les opérateurs et pour les services » et à « revisiter des modes de coordination avec des donneurs d’ordre (collectivité) ». Avec la notion de trame verte, Aurélie Bousquet tente d’ « articuler les savoirs des acteurs locaux avec les représentations scientifiques ». Elle offre aux gestionnaires une vision cartographique des territoires. Finalement, les chercheurs réfléchissent sur la participation des habitants dans les décisions environnementales. Tiffany Garcia Parrilla travaille sur la manière dont la question de la nature ordinaire a été définie par les chercheurs et comment les habitants de la commune de La Génétouze (Vendée) construisent une représentation collective de cette notion. Il s’agit d’engager un dialogue entre les définitions scientifiques et les représentations habitantes pour renforcer « les effets démocratiques de la participation écologique ». Elle invite l’équipe scientifique à entamer une étude réflexive sur les termes scientifiques utilisés dans la gestion environnementale des territoires. Sur le plateau des Millevaches en Limousin Julien Dupoux tente de révéler « comment un paysan peut avoir du pouvoir sur son environnement ». Pour offrir de la capacité à agir, il revient sur la définition du paysan qui n’est pas simplement un agriculteur, mais également un habitant d’un pays. « Et habiter ne consiste pas seulement à être là, à occuper une position mais à participer aux dynamiques territoriales. » Voilà une belle motivation pour entamer la lecture du numéro. Chaque auteur ici participe à la définition d’une manière d’habiter le monde aujourd’hui.

Bibliographie

CROWLEY,J., 2003, « Usages de la gouvernance et de la gouvernementalité », Critique internationale, vol. 4, n°21, p. 52-61.
FINKELSTEIN, L., 1995, “What is global governance?”,  Global Governance, n°1, , p. 367-372
JOUVE, B.,2003,La Gouvernance urbaine en questions, Paris, Elsevier
PIERRE, J, PETERS, G, 2000,Governance, Politics and the State, Basingstoke, Macmillan, 231 p.
ROSENAU, J.,CZEMPIEL, E-O.(Ed), 1992,Governance without Government: Order and Change in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press,  311 p
SENN, M., 2010, “Sovereignty – Some critical Remarks on the Genealogy of Governance” dansJournal on European History of Law, London,STS Science Centre, vol. 1, n°2, p. 9-13